Révolte de Sun Yat-Sen - Histoire

Révolte de Sun Yat-Sen - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Sun Yat-sen organisa une société secrète révolutionnaire à Canton en 1894. En 1895, il tenta de renverser la dynastie mandchoue. Sa première tentative de révolte échoue.

Sun Yat-sen devient le premier président de la République de Chine

Près de quatre douzaines de délégués se sont réunis à Nanjing, une ville du centre-est de la Chine. Représentant dix-sept provinces chinoises, ils étaient partisans de la révolution de Wuhan contre la dynastie Qing, la dernière dynastie impériale de Chine. Le 25 décembre, Sun Yat-sen, fer de lance de la révolution, est rentré en Chine après seize ans d'exil pour se joindre aux réunions. Quatre jours plus tard, il est élu président provisoire de la République de Chine.

Diplômé en tant que médecin, Sun Yat-sen a développé un vif intérêt pour la situation politique de la Chine. Il en voulait à la domination des affaires chinoises par les puissances occidentales, ainsi qu'à la réticence des dirigeants Qing à adopter des méthodes occidentales modernes. Avec ses idées rejetées par le souverain de l'une des provinces chinoises, il a formé un groupe en 1894 visant à promouvoir la réforme. L'année suivante, il préparait des révoltes contre le régime, toutes venues de l'étranger, car il craignait d'être capturé.

Alors que plusieurs révoltes ont eu lieu à partir de 1900, la rébellion de 1911 a eu les conséquences les plus durables. Le pouvoir Qing s'effondrait, et les intellectuels et les chefs de guerre locaux étaient devenus réticents sous le règne de la dynastie. Après l'élection de Sun, il a pressé Yuan Shikai, un puissant ministre, de se joindre à la révolte. En février, l'empereur a reconnu qu'il ne pouvait plus contrôler la Chine. Le 12 février, il démissionne. Deux jours plus tard, après que Sun eut démissionné de la présidence, Yuan Shikai devint président provisoire de la république.

La chute des Qing n'a pas signifié la fin du conflit en Chine. Sun et Yuan se sont brouillés et les combats ont repris. Sun reprit le pouvoir en 1923, mais son règne fut abrégé par sa mort deux ans plus tard. Il a été remplacé à la tête du Guomindang (Parti nationaliste) par Jiang Jieshi (Chiang Kai-shek), avec le soutien nominal des communistes chinois. Cela a pris fin peu de temps après, et dans les années 1930, la Chine a été plongée dans une autre guerre civile, alors que les communistes, sous Mao Zedong, cherchaient à organiser une révolution qui renverserait le gouvernement du Guomindang.

“This Day in World History” vous est présenté par USA Higher Education.
Vous pouvez vous abonner à ces publications via RSS ou les recevoir par e-mail.

Notre politique de confidentialité définit la manière dont Oxford University Press traite vos informations personnelles et vos droits de vous opposer à ce que vos informations personnelles soient utilisées à des fins de marketing ou traitées dans le cadre de nos activités commerciales.

Nous n'utiliserons vos informations personnelles que pour vous inscrire aux articles OUPblog.

Ou abonnez-vous aux articles dans le domaine par e-mail ou RSS


Début de la vie

Sun Yat-sen est né Sun Wen dans le village de Cuiheng, Guangzhou, province du Guangdong, le 12 novembre 1866, l'un des six enfants du tailleur et paysan Sun Dacheng et de son épouse Madame Yang. Sun Yat-sen a fréquenté l'école primaire en Chine, mais il a déménagé à Honolulu, à Hawaï, à l'âge de 13 ans, où son frère aîné Sun Mei vivait depuis 1871.

À Hawaï, Sun Wen a vécu avec son frère Sun Mei et a étudié à l'école Iolani, obtenant son diplôme d'études secondaires en 1882, puis a passé un seul semestre à Oahu College avant que son frère aîné ne le renvoie brusquement en Chine à l'âge de 17 ans. Sun Mei craignait que son frère ne se convertisse au christianisme s'il restait plus longtemps à Hawaï.


Président de la République chinoise

La révolution s'était produite en l'absence de Sun. Les instigateurs étaient des officiers subalternes de l'armée dans des unités sympathiques au T'ung-meng hui. Sun a continué à voyager vers l'est à travers l'Atlantique et à travers l'Europe pour solliciter un soutien diplomatique et financier pour le régime révolutionnaire. À son retour en Chine le jour de Noël, la rébellion s'était propagée dans la vallée du Yangtze. Un accueil tumultueux a accueilli Sun, et à Nankin, les délégués révolutionnaires de 14 provinces l'ont élu président d'un gouvernement provisoire. Le 1er janvier 1912, Sun Yat-sen a proclamé l'établissement de la République de Chine.

Cependant, les révolutionnaires n'avaient pas le pouvoir de détrôner le souverain mandchou à Pékin. Seul Yüan Shih-kai, homme fort de la Chine du Nord, pouvait y parvenir. Sun a donc accepté de renoncer à la présidence en échange de l'abdication des Mandchous et de l'acceptation par Yuan d'une forme de gouvernement républicain. Yüan a donné son assentiment et a été dûment élu par l'Assemblée nationale à Nankin et inauguré à Pékin le 12 mars. Yüan a alors manœuvré le gouvernement provisoire pour qu'il déménage à Pékin au lieu de transférer la capitale à Nankin. Sung Chiao-jen, leader parlementaire du T'ung-meng hui, a tenté de contrôler le pouvoir de Yüan par l'intermédiaire de l'Assemblée nationale. Il a réuni les dirigeants du T'ung-meng hui et de quatre petits partis dans une organisation fédérée appelée Kuomintang (Parti national du peuple). Sun Yat-sen, cependant, n'ayant que peu de goût pour de telles manœuvres parlementaires, se mit à promouvoir son programme de subsistance du peuple. En tant que nouveau directeur du développement des chemins de fer, il passa l'automne et l'hiver 1912 à visiter les voies ferrées de Chine et du Japon et à élaborer des plans grandioses pour l'avenir.

Pendant ce temps, une lutte acharnée pour le pouvoir était en cours à Pékin. Aux élections nationales de février 1913, le Kuomintang prend le contrôle de l'Assemblée. Le 20 mars, les agents de Yüan assassinent Sung Chiao-jen à la gare de Shanghai. Sun s'est précipité en arrière et a exigé que les coupables soient traduits en justice. Yüan, soutenu par un « prêt de réorganisation » d'un consortium étranger, a pris des mesures politiques et militaires contre le Kuomintang. Cela a précipité une résistance dispersée mais inefficace, la soi-disant deuxième révolution. Sun a dénoncé Yüan Yüan a démis de ses fonctions Sun et a ordonné son arrestation le 15 septembre. Début décembre, Sun était à nouveau un réfugié politique au Japon.


Objectifs pour adultes

Mausolée du Dr Sun Yat-sen à Nanjing

Même s'il était médecin, le changement politique, social et religieux était le but principal de sa vie. Une partie de ce travail a été accomplie à Hong Kong où il a étudié et vécu pendant la vingtaine. De 1888 à 1894, lui et ses amis intellectuels de Hong Kong ont commencé à mener des activités de réforme du gouvernement.

Il a créé une clinique médicale à Macao. En 1894, il tenta de changer le gouvernement en rendant visite à un fonctionnaire Qing et en écrivant une longue pétition. Lorsque cette tentative a échoué, il a commencé à organiser un mouvement de réforme.


Autre Révolution

Sun Yat-sen a continué à galvaniser le soutien à ses activités dans le seul but d'évincer les Mandchous pour établir une République. Sun Yat-sen a inventé les Trois Principes des Peuples étant sa philosophie politique. Il s'agit notamment du nationalisme, de la démocratie et du bien-être du peuple. Sun Yat-sen a cherché à répartir équitablement les terres entre les gens. Sun Yat-sen et les étudiants chinois révolutionnaires étudiant à Tokyo et au Japon ont uni leurs forces pour former la Tongmenghui (Ligue unie), le 20 août 1905. Sun Yat-sen a obtenu le soutien de plusieurs autres groupes et personnes, ce qui a conduit au soulèvement de Zhennanguan au Col de l'Amitié le 1er décembre 1907. Cette fois aussi, il a échoué après sept jours de combat. D'autres soulèvements à Huanggang, le soulèvement des sept femmes du lac Huizhou et le soulèvement de Quizhou ont tous échoué cette année-là. Le groupe a lancé le soulèvement Qin-Lian et le soulèvement Hekou en 1908, qui ont également échoué. L'échec du soulèvement a provoqué quelques fracas dans le groupe, certains remettant en question les capacités de Sun. Le groupe a ensuite été divisé en membres anti-Soleil et pro-Soleil.

Sun Yat-sen s'exile plus tard aux États-Unis et le groupe est dirigé par Huang Xing. Huang Xing a mené un soulèvement raté à Guangzhou appelé la révolte du monticule de la fleur jaune le 27 avril 1911, entraînant la mort de nombreux révolutionnaires avec seulement 72 corps retrouvés. Huang Xing n'a jamais abandonné et a dirigé un autre le 10 octobre 1911, à Wuchang, et cette fois, il a réussi. Le soulèvement a mis fin aux plus de 2000 ans de règne impérial en Chine. En entendant le succès, la révolte, Sun Yat-sen rentré en Chine en décembre.

Après le soulèvement réussi et le renversement du gouvernement Qing, Sun Yat-sen a été nommé président provisoire le 29 décembre 1911, lors d'une réunion des représentants des provinces à Nankin. Li Yuanhong a également été nommé vice-président provisoire Huang Xing, ministre de l'armée. Sun Yat-sen a démissionné en 1912 pour que Yuan Shikai prenne la relève en tant que nouveau président provisoire. Il y avait un consensus que Yuan qui était alors en charge de l'armée de Beiyang a aidé à évincer la cour Qing Sun Yat-sen deviendrait le président. Il a accompli cela en obtenant que l'empereur Puyi abdique son trône le 12 février 1912, d'où sa prise de pouvoir en tant que président.


Contenu

Le nom généalogique de Sun était Soleil Deming (Syūn ​​Dāk-mìhng ). [1] [8] Enfant, son petit nom était Tai Tseung (Dai-jeuhng ). [1] Lorsqu'il était à l'école, le professeur lui a donné le nom Soleil Wen (Cantonais : Syūn ​​Mahn 孫文 ), c'est ainsi que Sun s'appelait pendant la majeure partie de sa vie. Le nom de courtoisie de Sun était Zaizhi (Jai-jī 載之 ), et son nom de baptême était Rixin (Yaht-san ). [9] Alors qu'il était à l'école à Hong Kong, il a obtenu le nom d'art Yat-sen (chinois : 逸仙 pinyin : Yuxiān ). [10] Sn Zhōngshan ( 孫中山 ), le plus populaire de ses noms chinois, est dérivé de son nom japonais Nakayama Shō ( 中山樵 ), le pseudonyme que lui a donné Tōten Miyazaki alors qu'il se cachait au Japon. [1]

Lieu de naissance et jeunesse Modifier

Sun Deming est né le 12 novembre 1866 de Sun Dacheng et de Madame Yang. [2] Son lieu de naissance était le village de Cuiheng, comté de Xiangshan (maintenant la ville de Zhongshan), Guangdong. [2] Il avait un fond culturel de Hakka [11] [12] et de cantonais. Son père possédait très peu de terres et travaillait comme tailleur à Macao, et comme compagnon et porteur. [13] Après avoir terminé l'enseignement primaire, il a déménagé à Honolulu dans le Royaume d'Hawaï, où il a vécu une vie confortable de richesse modeste soutenue par son frère aîné Sun Mei. [14] [15] [16] [17] Il a obtenu l'enseignement secondaire à Hawaï. [18]

Années d'études Modifier

À l'âge de 10 ans, Sun a commencé à chercher l'école, [1] et il a rencontré l'ami d'enfance Lu Haodong. [1] À l'âge de 13 ans en 1878, après avoir reçu quelques années d'école locale, Sun est allé vivre avec son frère aîné, Sun Mei ( 孫眉 ) à Honolulu. [1] Sun Mei a financé l'éducation de Sun Yat-sen et serait plus tard un contributeur majeur au renversement des Mandchous. [14] [15] [16] [17]

Pendant son séjour à Honolulu, Sun Yat-sen est allé à l'école Iolani où il a étudié l'anglais, l'histoire britannique, les mathématiques, les sciences et le christianisme. [1] Alors qu'il était à l'origine incapable de parler anglais, Sun Yat-sen a rapidement appris la langue et a reçu un prix pour la réussite scolaire du roi David Kalākaua avant d'obtenir son diplôme en 1882. [19] Il a ensuite fréquenté l'Oahu College (maintenant connu sous le nom de Punahou). école) pendant un semestre. [1] [20] En 1883, il a été renvoyé chez lui en Chine alors que son frère s'inquiétait du fait que Sun Yat-sen commençait à embrasser le christianisme. [1]

À son retour en Chine en 1883 à l'âge de 17 ans, Sun retrouve son ami d'enfance Lu Haodong à Beijidian ( 北極殿 ), un temple du village de Cuiheng. [1] Ils ont vu de nombreux villageois adorer le Beiji (littéralement pôle Nord) Empereur-Dieu dans le temple, et n'étaient pas satisfaits de leurs anciennes méthodes de guérison. [1] Ils ont cassé la statue, encourant la colère des villageois et se sont enfuis à Hong Kong. [1] [21] [22] Pendant qu'à Hong Kong en 1883 il a étudié à l'École de Garçons Diocésaine et de 1884 à 1886 il était à L'École Centrale de Gouvernement. [23]

En 1886, Sun étudia la médecine à l'hôpital Guangzhou Boji sous la direction du missionnaire chrétien John G. Kerr. [1] D'après son livre "Kidnapped in London", Sun apprit en 1887 l'ouverture du Hong Kong College of Medicine for Chinese (le précurseur de l'Université de Hong Kong) et décida immédiatement de bénéficier des "avantages qu'il offrait ." [24] En fin de compte, il a obtenu la licence de pratique chrétienne en tant que médecin à partir de là en 1892. [1] [10] Notamment, de sa classe de 12 étudiants, Sun était l'un des deux seuls à avoir obtenu son diplôme. [25] [26] [27]

Au début des années 1880, Sun Mei envoya son frère à l'école Iolani, qui était sous la supervision d'anglicans britanniques et dirigée par un prélat anglican nommé Alfred Willis, la langue d'enseignement étant l'anglais. À l'école, un jeune Sun Wen est entré en contact avec le christianisme pour la première fois. Dans son travail, Schriffin a émis l'hypothèse que le christianisme allait avoir une grande influence sur la future carrière politique de Sun. [28]

Sun a ensuite été baptisé à Hong Kong (le 4 mai 1884) par le révérend C. R. Hager [29] [30] [31], un missionnaire américain de la Congregational Church of the United States (ABCFM) au mépris de son frère. Le ministre développerait également une amitié avec Sun. [32] [33] Sun a assisté à l'église To Tsai ( 道濟會堂 ), fondée par la London Missionary Society en 1888, [34] pendant qu'il étudiait la médecine occidentale au Collège de médecine de Hong Kong pour le chinois. Sun a décrit une révolution comme similaire à la mission de salut de l'église chrétienne. Sa conversion au christianisme était liée à ses idéaux révolutionnaires et à sa volonté de progresser. [33]

Quatre bandits Modifier

Pendant la rébellion de la dynastie Qing vers 1888, Sun était à Hong Kong avec un groupe de penseurs révolutionnaires surnommés les Quatre Bandits au Hong Kong College of Medicine for Chinese. [35] Sun, qui était devenu de plus en plus frustré par le gouvernement conservateur des Qing et son refus d'adopter les connaissances des nations occidentales les plus avancées technologiquement, a quitté sa pratique médicale afin de consacrer son temps à transformer la Chine. [ citation requise ]

Furen et Revive China Society Modifier

En 1891, Sun a rencontré des amis révolutionnaires à Hong Kong, dont Yeung Ku-wan qui était le chef et fondateur de la Furen Literary Society. [36] Le groupe répandait l'idée de renverser les Qing. En 1894, Sun a écrit une pétition de 8 000 caractères au vice-roi Qing Li Hongzhang présentant ses idées pour moderniser la Chine. [37] [38] [39] Il a voyagé à Tianjin pour présenter personnellement la pétition à Li mais n'a pas été accordé une audience. [40] Après cette expérience, Sun s'est irrévocablement tourné vers la révolution. Il a quitté la Chine pour Hawaï et a fondé la Revive China Society, qui s'était engagée à révolutionner la prospérité de la Chine. Les membres étaient principalement issus d'expatriés chinois, en particulier des classes sociales inférieures. Le même mois en 1894, la Furen Literary Society a fusionné avec le chapitre de Hong Kong de la Revive China Society. [36] Par la suite, Sun est devenu le secrétaire de la société Revive China nouvellement fusionnée, que Yeung Ku-wan a dirigée en tant que président. [41] Ils ont déguisé leurs activités à Hong Kong sous la direction d'une entreprise sous le nom de "Kuen Hang Club" [42] : 90 ( ). [43]

Première guerre sino-japonaise Modifier

En 1895, la Chine subit une grave défaite lors de la première guerre sino-japonaise. Il y a eu deux types de réponses. Un groupe d'intellectuels a soutenu que le gouvernement mandchou Qing pourrait restaurer sa légitimité en se modernisant avec succès. [44] Soulignant que renverser les Mandchous entraînerait le chaos et conduirait à un morcellement de la Chine par les impérialistes, des intellectuels comme Kang Youwei et Liang Qichao ont soutenu la réponse par des initiatives comme la Réforme des Cent Jours. [44] Dans une autre faction, Sun Yat-sen et d'autres comme Zou Rong voulaient une révolution pour remplacer le système dynastique par un État-nation moderne sous la forme d'une république. [44] La réforme des Cent Jours s'avère être un échec en 1898. [45]

Premier soulèvement de Guangzhou Modifier

Au cours de la deuxième année de la création de la société Revive China le 26 octobre 1895, le groupe a planifié et lancé le premier soulèvement de Guangzhou contre les Qing à Guangzhou. [38] Yeung Ku-wan a dirigé le soulèvement à partir de Hong Kong. [41] Cependant, des plans ont été divulgués et plus de 70 membres, dont Lu Haodong, ont été capturés par le gouvernement Qing. Le soulèvement fut un échec. Sun a reçu un soutien financier principalement de son frère qui a vendu la plupart de ses 12 000 acres de ranch et de bétail à Hawaï. [14] De plus, des membres de sa famille et des proches de Sun se réfugiaient chez son frère Sun Mei à Kamaole à Kula, Maui. [14] [15] [16] [17] [46]

Exil au Japon Modifier

Sun Yat-sen a vécu au Japon pendant son exil. Il a été soutenu par le politicien japonais Tōten Miyazaki. La plupart des Japonais qui travaillaient activement avec Sun étaient motivés par une opposition panasiatique à l'impérialisme occidental. [47] Pendant qu'au Japon, Sun a rencontré aussi et s'est lié d'amitié avec Mariano Ponce, alors un diplomate de la Première République philippine. [48] ​​Pendant la Révolution philippine et la guerre philippine-américaine, Sun a aidé Ponce à se procurer des armes récupérées de l'armée japonaise et à expédier les armes aux Philippines. En aidant la République philippine, Sun espérait que les Philippins gagneraient leur indépendance afin qu'il puisse utiliser l'archipel comme point d'étape d'une autre révolution. Cependant, à la fin de la guerre en juillet 1902, les États-Unis sont sortis victorieux d'une guerre acharnée de 3 ans contre la République. Par conséquent, le rêve philippin d'indépendance s'est évanoui avec les espoirs de Sun de s'allier avec les Philippines dans sa révolution en Chine. [49]

Insurrection de Huizhou en Chine Modifier

Le 22 octobre 1900, Sun lance le soulèvement de Huizhou pour attaquer Huizhou et les autorités provinciales du Guangdong. [50] Cela s'est produit cinq ans après l'échec du soulèvement de Guangzhou. Cette fois, Sun a demandé de l'aide aux triades. [51] Ce soulèvement fut aussi un échec. Miyazaki, qui a participé à la révolte avec Sun, a écrit un compte rendu de cet effort révolutionnaire sous le titre « 33-year dream » ( 三十三年之夢 ) en 1902. [52] [53]

Poursuite de l'exil Modifier

Sun était en exil non seulement au Japon mais aussi en Europe, aux États-Unis et au Canada. Il a collecté des fonds pour son parti révolutionnaire et pour soutenir les soulèvements en Chine. Bien que les événements qui y ont conduit ne soient pas clairs, en 1896, Sun Yat-sen a été détenu à la légation de Chine à Londres, où les services secrets impériaux chinois prévoyaient de le ramener clandestinement en Chine pour l'exécuter pour ses actions révolutionnaires. [54] Il a été libéré après 12 jours grâce aux efforts de James Cantlie, Le globe, Les temps, et le Foreign Office laissant Sun un héros en Grande-Bretagne. [note 2] James Cantlie, ancien professeur de Sun au Hong Kong College of Medicine for Chinese, a maintenu une amitié de longue date avec Sun et écrira plus tard une première biographie de Sun. [56] Sun a écrit un livre en 1897 sur sa détention, intitulé "Enlevé à Londres". [24]

Société du Ciel et de la Terre, voyages à l'étranger Modifier

Une secte de la "Société du Ciel et de la Terre" connue sous le nom de Tiandihui existait depuis longtemps. [57] Le groupe a également été appelé les « trois organisations coopérantes » ainsi que les triades. [57] Sun Yat-sen a principalement utilisé ce groupe pour tirer parti de ses voyages à l'étranger afin d'obtenir un soutien financier et des ressources supplémentaires pour sa révolution. [57] Selon le New York Times, « Sun Yat-sen a quitté son village du Guangdong, dans le sud de la Chine, en 1879 pour rejoindre un frère à Hawaï. Il est finalement retourné en Chine et de là a déménagé dans la colonie britannique de Hong Kong en 1883. C'est là qu'il a reçu son éducation occidentale, sa foi chrétienne et l'argent de la révolution." [58] C'est là que Sun Yat-sen s'est rendu compte que la Chine devait changer ses habitudes. Il savait que la seule façon pour la Chine de changer et de se moderniser serait de renverser la dynastie Qing.

Selon Lee Yun-ping, président de la société historique chinoise, Sun avait besoin d'un certificat pour entrer aux États-Unis à un moment où la loi d'exclusion chinoise de 1882 l'aurait autrement bloqué. [59] Cependant, lors de la première tentative de Sun pour entrer aux États-Unis, il a quand même été arrêté. [59] Il a été plus tard renfloué après 17 jours. [59] En mars 1904, alors qu'il résidait à Kula, Maui, Sun Yat-sen a obtenu un certificat de naissance hawaïen, délivré par le territoire d'Hawaï, indiquant qu'« il est né dans les îles hawaïennes le 24 novembre de notre ère. 1870." [60] [61] Il y a renoncé après qu'il ait atteint son objectif de contourner la Chinese Exclusion Act de 1882. [61] Les dossiers officiels des États-Unis montrent que Sun avait la nationalité américaine, a déménagé en Chine avec sa famille à l'âge de 4 ans, et est retourné à Hawaï 10 ans plus tard. [62]

Tongmenghui Modifier

En 1904, Sun Yat-sen a vu le jour dans le but « d'expulser les barbares tatars (c'est-à-dire les Mandchous), de faire revivre Zhonghua, d'établir une République et de répartir équitablement les terres entre le peuple » ( 驅除韃虜, 恢復中華, 創立, 平均地權 ). [63] L'un des héritages majeurs de Sun était la création de sa philosophie politique des Trois Principes du Peuple. Ces principes comprenaient le principe du nationalisme (minzu, ), de la démocratie (minquan, 民權 ) et du bien-être (minsheng, 民生 ). [63]

Le 20 août 1905, Sun s'associe à des étudiants chinois révolutionnaires qui étudient à Tokyo pour former le groupe unifié Tongmenghui (Ligue unie), qui parraine les soulèvements en Chine. [63] [64] En 1906, le nombre de membres de Tongmenghui a atteint 963 personnes. [63]

Prise en charge de la Malaisie Modifier

La notoriété et la popularité de Sun s'étendent au-delà de la région de la Grande Chine, en particulier à Nanyang (Asie du Sud-Est), où une grande concentration de Chinois d'outre-mer résidaient en Malaisie (Malaisie et Singapour). Pendant son séjour à Singapour, il rencontre les marchands chinois locaux Teo Eng Hock ( 張永福 ), Tan Chor Nam ( 陳楚楠 ) et Lim Nee Soon ( 林義順 ), ce qui marque le début du soutien direct des Chinois de Nanyang. Le chapitre de Singapour du Tongmenghui a été établi le 6 avril 1906, [66] bien que certains documents prétendent que la date de fondation est la fin de 1905. [66] La villa utilisée par Sun était connue sous le nom de Wan Qing Yuan. [66] [67] À ce stade, Singapour était le siège du Tongmenghui. [66]

Ainsi, après avoir fondé le Tong Meng Hui, le Dr Sun a préconisé la création du Chong Shing Yit Pao comme porte-parole de l'alliance pour promouvoir les idées révolutionnaires. Plus tard, il a lancé la création de clubs de lecture à Singapour et en Malaisie, afin de diffuser des idées révolutionnaires parmi la classe inférieure à travers des lectures publiques d'articles de journaux. La United Chinese Library, fondée le 8 août 1910, était l'un de ces clubs de lecture, d'abord installé dans une propriété louée au deuxième étage du Wan He Salt Traders à North Boat Quay. [68] [ citation requise ]

Le premier bâtiment de la United Chinese Library a été construit entre 1908 et 1911 sous Fort Canning - 51 Armenian Street, a commencé ses activités en 1912. La bibliothèque a été créée dans le cadre des 50 salles de lecture par les républicains chinois pour servir de station d'information et point de liaison pour les révolutionnaires. En 1987, la bibliothèque a été déplacée à son emplacement actuel à Cantonment Road. Mais le bâtiment de la rue arménienne est toujours intact avec la plaque à son entrée avec les mots de Sun Yat Sen. Avec un effectif initial de plus de 400 membres, la bibliothèque compte aujourd'hui environ 180 membres. Bien que la United Chinese Library, avec 102 ans d'histoire, n'ait pas été le seul club de lecture à Singapour à l'époque, c'est aujourd'hui le seul de son genre à subsister. [ citation requise ]

Soutien siamois Modifier

En 1903, Sun fit un voyage secret à Bangkok au cours duquel il chercha des fonds pour sa cause en Asie du Sud-Est. Ses fidèles partisans ont publié des journaux, apportant un soutien inestimable à la diffusion de ses principes et idéaux révolutionnaires parmi les Chinois d'origine thaïlandaise. À Bangkok, Sun a visité Yaowarat Road, dans le quartier chinois de Bangkok. C'est dans cette rue que Sun prononça un discours affirmant que les Chinois d'outre-mer étaient « la Mère de la Révolution ». Il a également rencontré les marchands chinois locaux Seow Houtseng, [69] qui lui ont envoyé un soutien financier.

Le discours de Sun dans la rue Yaowarat a été commémoré par la rue nommée plus tard "Sun Yat Sen Street" ou "Soi Sun Yat Sen" (thaï : ซอยซุนยัตเซ็น ) en son honneur. [70]

Insurrection de Zhennanguan Modifier

Le 1er décembre 1907, Sun dirige le soulèvement de Zhennanguan contre les Qing au col de l'Amitié, qui est la frontière entre le Guangxi et le Vietnam. [71] Le soulèvement a échoué après sept jours de combat. [71] [72] En 1907 il y avait un total de quatre soulèvements qui ont échoué en incluant le soulèvement de Huanggang, le soulèvement de lac de sept femmes de Huizhou et le soulèvement de Qinzhou. [66] En 1908, deux autres soulèvements ont échoué l'un après l'autre, y compris le soulèvement de Qin-lian et le soulèvement de Hekou. [66]

Factionalisme anti-soleil Modifier

En raison de ces échecs, la direction de Sun a été contestée par des éléments du Tongmenghui qui ont souhaité le destituer en tant que chef. À Tokyo, de 1907 à 1908, des membres de la société de restauration récemment fusionnée ont soulevé des doutes sur les références de Sun. [66] Tao Chengzhang ( 陶成章 ) et Zhang Binglin ont publiquement dénoncé Sun avec un tract ouvert appelé « Une déclaration des actes criminels de Sun Yat-sen par les révolutionnaires en Asie du Sud-Est ». [66] Cela a été imprimé et distribué dans des journaux réformistes comme Nanyang Zonghui Bao. [66] [73] Leur objectif était de cibler Sun en tant que leader menant une révolte pour des gains profiteurs. [66]

Les révolutionnaires étaient polarisés et divisés entre les camps pro-Soleil et anti-Soleil. [66] Sun a publiquement repoussé les commentaires sur la façon dont il avait quelque chose à gagner financièrement de la révolution. [66] Cependant, le 19 juillet 1910, le siège de Tongmenghui a dû déménager de Singapour à Penang pour réduire les activités anti-soleil. [66] C'est aussi à Penang que Sun et ses partisans lanceront le premier journal « quotidien » chinois, le Kwong Wah Yit Poh en décembre 1910. [71]

Révolution de 1911 Modifier

Pour parrainer d'autres soulèvements, Sun a personnellement plaidé pour une aide financière lors de la conférence de Penang qui s'est tenue le 13 novembre 1910 en Malaisie. [74] Les dirigeants ont lancé une importante campagne de dons dans toute la péninsule malaise. [74] Ils ont levé 187 000 HK$. [74]

Le 27 avril 1911, le révolutionnaire Huang Xing a mené un deuxième soulèvement de Guangzhou connu sous le nom de révolte du monticule des fleurs jaunes contre les Qing. La révolte a échoué et s'est terminée par un désastre, les corps de seulement 72 révolutionnaires ont été retrouvés. [75] On se souvient des révolutionnaires comme des martyrs. [75]

Le 10 octobre 1911, un soulèvement militaire a lieu à Wuchang, dirigé à nouveau par Huang Xing. À l'époque, Sun n'avait aucune implication directe car il était toujours en exil. Huang était en charge de la révolution qui a mis fin à plus de 2000 ans de règne impérial en Chine. Lorsque Sun apprit le succès de la rébellion contre l'empereur Qing par des articles de presse, il retourna en Chine depuis les États-Unis accompagné de son plus proche conseiller étranger, l'Américain, le « général » Homer Lea. Il a rencontré Lea à Londres, où lui et Lea ont tenté en vain d'organiser un financement britannique pour la nouvelle république chinoise. Sun et Lea ont ensuite navigué pour la Chine, y arrivant le 21 décembre 1911. [76]

Le soulèvement s'est étendu à la Révolution Xinhai, également connue sous le nom de « Révolution chinoise », pour renverser le dernier empereur Puyi. Après cet événement, le 10 octobre est devenu la commémoration du Double Ten Day. [77]

Gouvernement provisoire Modifier

Le 29 décembre 1911, une réunion de représentants des provinces de Nankin (Nanjing) élit Sun Yat-sen comme « président provisoire » ( 臨時大總統 ). [78] Le 1er janvier 1912 a été fixé comme le premier jour de la première année de la République. [79] Li Yuanhong a été nommé vice-président provisoire et Huang Xing est devenu ministre de l'armée. Le nouveau gouvernement provisoire de la République de Chine a été créé avec la Constitution provisoire de la République de Chine. Sun est crédité pour le financement des révolutions et pour le maintien de l'esprit de la révolution, même après une série de soulèvements ratés. Sa fusion réussie de groupes révolutionnaires mineurs en un seul parti plus grand a fourni une meilleure base pour tous ceux qui partageaient les mêmes idéaux. Un certain nombre de choses ont été introduites telles que le système de calendrier de la république et une nouvelle mode comme les costumes Zhongshan.

Gouvernement de Beiyang Modifier

Yuan Shikai, qui contrôlait l'armée de Beiyang, l'armée du nord de la Chine, s'est vu promettre le poste de président de la République de Chine s'il parvenait à faire abdiquer la cour des Qing. [80] Le 12 février 1912, l'empereur Puyi a abdiqué le trône. [79] Sun a démissionné en tant que président et Yuan est devenu le nouveau président provisoire à Pékin le 10 mars 1912. [80] Le gouvernement provisoire n'avait pas de forces militaires propres. Son contrôle sur les éléments de la Nouvelle Armée qui s'étaient mutinés était limité et il y avait encore des forces importantes qui ne s'étaient toujours pas déclarées contre les Qing.

Sun Yat-sen a envoyé des télégrammes aux dirigeants de toutes les provinces leur demandant d'élire et d'établir l'Assemblée nationale de la République de Chine en 1912. [81] En mai 1912, l'Assemblée législative a déménagé de Nanjing à Pékin avec ses 120 membres répartis entre des membres de Tongmenghui et d'un parti républicain qui soutenait Yuan Shikai. [82] De nombreux membres révolutionnaires étaient déjà alarmés par les ambitions de Yuan et le gouvernement de Beiyang basé au nord.

Parti nationaliste et Seconde Révolution Modifier

Le membre de Tongmenghui, Song Jiaoren, a rapidement tenté de contrôler le parlement. Il a mobilisé l'ancien Tongmenghui au cœur de la fusion d'un certain nombre de nouveaux petits partis pour former un nouveau parti politique appelé le Kuomintang (parti nationaliste chinois, communément abrégé en « KMT ») le 25 août 1912 au Huguang Guild Hall de Pékin. [82] L'élection de l'Assemblée nationale de 1912-1913 a été considérée comme un énorme succès pour le KMT, remportant 269 des 596 sièges de la chambre basse et 123 des 274 sièges du Sénat. [80] [82] En représailles, le chef du parti national Song Jiaoren a été assassiné, presque certainement sur un ordre secret de Yuan, le 20 mars 1913. [80] La deuxième révolution a eu lieu lorsque les forces militaires du Sun et du KMT ont tenté de renverser les forces de Yuan. d'environ 80 000 hommes dans un conflit armé en juillet 1913. [83] La révolte contre Yuan a échoué. En août 1913, Sun Yat-sen s'enfuit au Japon, où il sollicita plus tard une aide financière via l'homme politique et industriel Fusanosuke Kuhara. [84]

Chaos politique Modifier

En 1915, Yuan Shikai a proclamé l'Empire de Chine (1915-1916) avec lui-même comme empereur de Chine. Sun a pris part à la guerre anti-monarchie du Mouvement de protection constitutionnelle, tout en soutenant des chefs de bandits comme Bai Lang pendant la rébellion de Bai Lang. Cela a marqué le début de l'ère des seigneurs de guerre. En 1915, Sun écrivit à la Deuxième Internationale, une organisation socialiste à Paris, lui demandant d'envoyer une équipe de spécialistes pour aider la Chine à mettre en place la première république socialiste du monde. [85] À l'époque, il existait de nombreuses théories et propositions sur ce que pourrait être la Chine. Dans le désordre politique, Sun Yat-sen et Xu Shichang ont été annoncés comme président de la République de Chine. [86]

Gouvernement militariste de Guangzhou Modifier

La Chine était devenue divisée entre les chefs militaires régionaux. Sun a vu le danger de cela et est retourné en Chine en 1917 pour préconiser la réunification chinoise. En 1921, il fonda un gouvernement militaire autoproclamé à Guangzhou et fut élu Grand Maréchal. [87] Entre 1912 et 1927, trois gouvernements avaient été mis en place en Chine du Sud : le gouvernement provisoire à Nanjing (1912), le gouvernement militaire à Guangzhou (1921-1925) et le gouvernement national à Guangzhou et plus tard à Wuhan (1925-1927). ). [88] The government in the South was established to rival the Beiyang government in the north. [87] Yuan Shikai had banned the KMT. The short lived Chinese Revolutionary Party was a temporary replacement for the KMT. On 10 October 1919 Sun resurrected the KMT with the new name Chung-kuo Kuomintang, or the "Nationalist Party of China". [82]

KMT–CPC cooperation Edit

By this time Sun had become convinced that the only hope for a unified China lay in a military conquest from his base in the south, followed by a period of political tutelage that would culminate in the transition to democracy. In order to hasten the conquest of China, he began a policy of active cooperation with the Communist Party of China (CPC). Sun and the Soviet Union's Adolph Joffe signed the Sun-Joffe Manifesto in January 1923. [3] Sun received help from the Comintern for his acceptance of communist members into his KMT. Revolutionary and socialist leader Vladimir Lenin praised Sun and the KMT for their ideology and principles. Lenin praised Sun and his attempts at social reformation, and also congratulated him for fighting foreign imperialism. [89] [90] [91] Sun also returned the praise, calling him a "great man", and sent his congratulations on the revolution in Russia. [92]

With the Soviets' help, Sun was able to develop the military power needed for the Northern Expedition against the military at the north. He established the Whampoa Military Academy near Guangzhou with Chiang Kai-shek as the commandant of the National Revolutionary Army (NRA). [93] Other Whampoa leaders include Wang Jingwei and Hu Hanmin as political instructors. This full collaboration was called the First United Front.

Finance concerns Edit

In 1924 Sun appointed his brother-in-law T. V. Soong to set up the first Chinese Central bank called the Canton Central Bank. [94] To establish national capitalism and a banking system was a major objective for the KMT. [95] However Sun was not without some opposition as there was the Canton volunteers corps uprising against him.

Final speeches Edit

In February 1923 Sun made a presentation to the Students' Union in Hong Kong University and declared that it was the corruption of China and the peace, order and good government of Hong Kong that turned him into a revolutionary. [96] [97] This same year, he delivered a speech in which he proclaimed his Three Principles of the People as the foundation of the country and the Five-Yuan Constitution as the guideline for the political system and bureaucracy. Part of the speech was made into the National Anthem of the Republic of China.

On 10 November 1924, Sun traveled north to Tianjin and delivered a speech to suggest a gathering for a "national conference" for the Chinese people. It called for the end of warlord rules and the abolition of all unequal treaties with the Western powers. [98] Two days later, he traveled to Beijing to discuss the future of the country, despite his deteriorating health and the ongoing civil war of the warlords. Among the people he met was the Muslim General Ma Fuxiang, who informed Sun that they would welcome his leadership. [99] On 28 November 1924 Sun traveled to Japan and gave a speech on Pan-Asianism at Kobe, Japan. [100]

Illness and death Edit

For many years, it was popularly believed that Sun died of liver cancer. On 26 January 1925, Sun underwent an exploratory laparotomy at Peking Union Medical College Hospital (PUMCH) to investigate a long-term illness. This was performed by the head of the Department of Surgery, Adrian S. Taylor, who stated that the procedure "revealed extensive involvement of the liver by carcinoma" and that Sun only had about ten days to live. Sun was hospitalized and his condition was treated with radium. [101] Sun survived the initial ten-day period and on 18 February, against the advice of doctors, he was transferred to the KMT headquarters and treated with traditional Chinese medicine. This too was unsuccessful and he died on 12 March at the age of 58. [102] Contemporary reports in Le New York Times, [102] Temps, [103] and the Chinese newspaper Qun Qiang Bao all reported the cause of death as liver cancer, based on Taylor's observation. [104]

Following this the body then was preserved in mineral oil [105] and taken to the Temple of Azure Clouds, a Buddhist shrine in the Western Hills a few miles outside of Beijing. [106] He also left a short political will ( 總理遺囑 ) penned by Wang Jingwei, which had a widespread influence in the subsequent development of the Republic of China and Taiwan. [107]

In 1926, construction began on a majestic mausoleum at the foot of Purple Mountain in Nanjing, and this was completed in the spring of 1929. On 1 June 1929, Sun's remains were moved from Beijing and interred in the Sun Yat-sen Mausoleum.

By pure chance, in May 2016, an American pathologist named Rolf F. Barth was visiting the Sun Yat-sen Memorial Hall in Guangzhou when he noticed a faded copy of the original autopsy report on display. The autopsy was performed immediately after Sun's death by James Cash, a pathologist at PUMCH. Based on a tissue sample, Cash concluded that the cause of death was an adenocarcinoma in the gallbladder that had metastasized to the liver. In modern China, liver cancer is far more common than gallbladder cancer and although the incidence rates of either in 1925 are not known, if one assumes that they were similar at that time, then the original diagnosis by Taylor was a logical conclusion. From the time of Sun's death until the appearance of Barth's report [101] in the Chinese Journal of Cancer in September 2016 (now known as Cancer Communications [108] since 1 March 2018), the true cause of death of Sun Yat-sen was not reported in any English-language publication. Even in Chinese-language sources, it only appeared in one non-medical online report in 2013. [101] [109]

Power struggle Edit

After Sun's death, a power struggle between his young protégé Chiang Kai-shek and his old revolutionary comrade Wang Jingwei split the KMT. At stake in this struggle was the right to lay claim to Sun's ambiguous legacy. In 1927 Chiang Kai-shek married Soong Mei-ling, a sister of Sun's widow Soong Ching-ling, and subsequently he could claim to be a brother-in-law of Sun. When the Communists and the Kuomintang split in 1927, marking the start of the Chinese Civil War, each group claimed to be his true heirs, a conflict that continued through World War II. Sun's widow, Soong Ching-ling, sided with the Communists during the Chinese Civil War and served from 1949 to 1981 as Vice-President (or Vice-Chairwoman) of the People's Republic of China and as Honorary President shortly before her death in 1981.

Cult of personality Edit

A personality cult in the Republic of China was centered on Sun and his successor, Generalissimo Chiang Kai-shek. Chinese Muslim Generals and Imams participated in this cult of personality and one party state, with Muslim General Ma Bufang making people bow to Sun's portrait and listen to the national anthem during a Tibetan and Mongol religious ceremony for the Qinghai Lake God. [110] Quotes from the Quran and Hadith were used among Hui Muslims to justify Chiang Kai-shek's rule over China. [111]

The Kuomintang's constitution designated Sun as party president. After his death, the Kuomintang opted to keep that language in its constitution to honor his memory forever. The party has since been headed by a director-general (1927–1975) and a chairman (since 1975), which discharge the functions of the president.

Father of the Nation Edit

Sun Yat-sen remains unique among 20th-century Chinese leaders for having a high reputation both in mainland China and in Taiwan. In Taiwan, he is seen as the Father of the Republic of China, and is known by the posthumous name Father of the Nation, Mr. Sun Zhongshan (Chinese: 國父 孫中山先生 , where the one-character space is a traditional homage symbol). [8] His likeness is still almost always found in ceremonial locations such as in front of legislatures and classrooms of public schools, from elementary to senior high school, and he continues to appear in new coinage and currency.

Forerunner of the revolution Edit

On the mainland, Sun is seen as a Chinese nationalist, proto-socialist, first president of a Republican China and is highly regarded as the Forerunner of the Revolution ( 革命先行者 ). [3] He is even mentioned by name in the preamble to the Constitution of the People's Republic of China. In recent years, the leadership of the Communist Party of China has increasingly invoked Sun, partly as a way of bolstering Chinese nationalism in light of Chinese economic reform and partly to increase connections with supporters of the Kuomintang on Taiwan which the PRC sees as allies against Taiwan independence. Sun's tomb was one of the first stops made by the leaders of both the Kuomintang and the People First Party on their pan-blue visit to mainland China in 2005. [112] A massive portrait of Sun continues to appear in Tiananmen Square for May Day and National Day.

Economic development Edit

Sun Yat-sen spent years in Hawaii as a student in the late 1870s and early 1880s, and was highly impressed with the economic development he saw there. He used the independent Kingdom of Hawaii as a model to develop his vision of a technologically modern and politically independent and actively anti-imperialist China. [113] Sun Yat-sen was an important pioneer of international development, proposing in the 1920s international institutions of the sort that appeared after World War II. He focused on China, with its vast potential and weak base of mostly local entrepreneurs. [114] His key proposal was socialism. He proposed:

The State will take over all the large enterprises we shall encourage and protect enterprises which may reasonably be entrusted to the people the nation will possess equality with other nations every Chinese will be equal to every other Chinese both politically and in his opportunities of economic advancement. [115]

Sun Yat-sen was born to Sun Dacheng ( 孫達成 ) and his wife, Lady Yang ( 楊氏 ) on 12 November 1866. [116] At the time his father was age 53, while his mother was 38 years old. He had an older brother, Sun Dezhang ( 孫德彰 ), and an older sister, Sun Jinxing ( 孫金星 ), who died at the early age of 4. Another older brother, Sun Deyou ( 孫德祐 ), died at the age of 6. He also had an older sister, Sun Miaoqian ( 孫妙茜 ), and a younger sister, Sun Qiuqi ( 孫秋綺 ). [26]

At age 20, Sun had an arranged marriage with fellow villager Lu Muzhen. She bore a son, Sun Fo, and two daughters, Sun Jinyuan ( 孫金媛 ) and Sun Jinwan ( 孫金婉 ). [26] Sun Fo was the grandfather of Leland Sun, who spent 37 years working in Hollywood as an actor and stuntman. [117] Sun Yat-sen was also the godfather of Paul Myron Anthony Linebarger, American author and poet who wrote under the name Cordwainer Smith. [118]

Sun's first concubine, the Hong Kong-born Chen Cuifen, lived in Taiping, Perak, Malaysia for 17 years. The couple adopted a local girl as their daughter. Cuifen subsequently relocated to China, where she died. [119]

On 25 October 1915 in Japan, Sun married Soong Ching-ling, one of the Soong sisters, [26] [120] Soong Ching-Ling's father was the American-educated Methodist minister Charles Soong, who made a fortune in banking and in printing of Bibles. Although Charles Soong had been a personal friend of Sun's, he was enraged when Sun announced his intention to marry Ching-ling because while Sun was a Christian he kept two wives, Lu Muzhen and Kaoru Otsuki Soong viewed Sun's actions as running directly against their shared religion.

Soong Ching-Ling's sister, Soong Mei-ling, later married Chiang Kai-shek.

Memorials and structures in Asia Edit

In most major Chinese cities one of the main streets is named Zhongshan Lu ( 中山路 ) to celebrate his memory. There are also numerous parks, schools, and geographical features named after him. Xiangshan, Sun's hometown in Guangdong, was renamed Zhongshan in his honor, and there is a hall dedicated to his memory at the Temple of Azure Clouds in Beijing. There are also a series of Sun Yat-sen stamps.

Other references to Sun include the Sun Yat-sen University in Guangzhou and National Sun Yat-sen University in Kaohsiung. Other structures include Sun Yat-sen Mausoleum, Sun Yat-sen Memorial Hall subway station, Sun Yat-sen house in Nanjing, Dr Sun Yat-sen Museum in Hong Kong, Chung-Shan Building, Sun Yat-sen Memorial Hall in Guangzhou, Sun Yat-sen Memorial Hall in Taipei and Sun Yat Sen Nanyang Memorial Hall in Singapore. Zhongshan Memorial Middle School has also been a name used by many schools. Zhongshan Park is also a common name used for a number of places named after him. The first highway in Taiwan is called the Sun Yat-sen expressway. Two ships are also named after him, the Chinese gunboat Chung Shan and Chinese cruiser Yat Sen. The old Chinatown in Calcutta (now known as Kolkata), India has a prominent street by the name of Sun Yat-sen street. There are also two streets named after Sun Yat-sen, located in the cities of Astrakhan and Ufa, Russia.

In George Town, Penang, Malaysia, the Penang Philomatic Union had its premises at 120 Armenian Street in 1910, during the time when Sun spent more than four months in Penang, convened the historic "Penang Conference" to launch the fundraising campaign for the Huanghuagang Uprising and founded the Kwong Wah Yit Poh this house, which has been preserved as the Sun Yat-sen Museum (formerly called the Sun Yat Sen Penang Base), was visited by President designate Hu Jintao in 2002. The Penang Philomatic Union subsequently moved to a bungalow at 65 Macalister Road which has been preserved as the Sun Yat-sen Memorial Centre Penang.

As dedication, the 1966 Chinese Cultural Renaissance was launched on Sun's birthday on 12 November. [121]

The Nanyang Wan Qing Yuan in Singapore have since been preserved and renamed as the Sun Yat Sen Nanyang Memorial Hall. [67] A Sun Yat-sen heritage trail was also launched on 20 November 2010 in Penang. [122]

Sun's US citizen Hawaii birth certificate that show he was not born in the ROC, but instead born in the US was on public display at the American Institute in Taiwan on US Independence day 4 July 2011. [123]

A street in Medan, Indonesia is named "Jalan Sun Yat-Sen" in honour of him. [124]

A street named "Tôn Dật Tiên" (Sino-Vietnamese name for Sun Yat-Sen) is located in Ho Chi Minh City, Vietnam.

Galerie Modifier

Sun Yat-sen Memorial Centre, George Town, Penang, Malaysia

Memorials and structures outside of Asia Edit

St. John's University in New York City has a facility built in 1973, the Sun Yat-Sen Memorial Hall, built to resemble a traditional Chinese building in honor of Sun. [125] Dr. Sun Yat-Sen Classical Chinese Garden is located in Vancouver, the largest classical Chinese gardens outside of Asia. There is the Dr. Sun Yat-sen Memorial Park in Chinatown, Honolulu. [126] On the island of Maui, there is the little Sun Yat-sen Park at Kamaole. It is located near to where his older brother had a ranch on the slopes of Haleakala in the Kula region. [15] [16] [17] [46]

In Chinatown, Los Angeles, there is a seated statue of him in Central Plaza. [127] In Sacramento, California there is a bronze statue of Sun in front of the Chinese Benevolent Association of Sacramento. Another statue of Sun Yat-sen by Joe Rosenthal can be found at Riverdale Park in Toronto, Ontario, Canada, and there is a seated statue in Toronto's downtown Chinatown. There is also the Moscow Sun Yat-sen University. In Chinatown, San Francisco, there is a 12-foot statue of him on Saint Mary's Square. [128]

In late 2011, the Chinese Youth Society of Melbourne, in celebration of the 100th anniversary of the founding of the Republic of China, unveiled, in a Lion Dance Blessing ceremony, a memorial statue of Sun outside the Chinese Museum in Melbourne's Chinatown, on the spot where their traditional Chinese New Year Lion Dance always ends. [129]

In 1993 Lily Sun, one of Sun Yat-sen's granddaughters, donated books, photographs, artwork and other memorabilia to the Kapi'olani Community College library as part of the "Sun Yat-sen Asian collection". [130] During October and November every year the entire collection is shown. [130] In 1997 the "Dr Sun Yat-sen Hawaii foundation" was formed online as a virtual library. [130] In 2006 the NASA Mars Exploration Rover Spirit labeled one of the hills explored "Zhongshan". [131]

The plaque shown earlier in this article is by Dora Gordine, and is situated on the site of Sun's lodgings in London in 1896, 8 Grays Inn Place. There is also a blue plaque commemorating Sun at The Kennels, Cottered, Hertfordshire, the country home of the Cantlies where Sun came to recuperate after his rescue from the legation in 1896. [ citation requise ]

A street named Sun Yat-Sen Avenue is located in Markham, Ontario. This is the first such street name outside of Asia. [ citation requise ]

Opera Edit

Dr. Sun Yat-sen [132] ( 中山逸仙 ZhōngShān yì xiān ) is a 2011 Chinese-language western-style opera in three acts by the New York-based American composer Huang Ruo who was born in China and is a graduate of Oberlin College's Conservatory as well as the Juilliard School. The libretto was written by Candace Mui-ngam Chong, a recent collaborator with playwright David Henry Hwang. [133] It was performed in Hong Kong in October 2011 and was given its North American premiere on 26 July 2014 at The Santa Fe Opera.

TV series and films Edit

The life of Sun is portrayed in various films, mainly Les soeurs Soong et Road to Dawn. A fictionalized assassination attempt on his life was featured in Bodyguards and Assassins. He is also portrayed during his struggle to overthrow the Qing dynasty in Once Upon a Time in China II. The TV series Towards the Republic features Ma Shaohua as Sun Yat-sen. In the 100th anniversary tribute of the film 1911, Winston Chao played Sun. [134] In Space: Above and Beyond, one of the starships of the China Navy is named the Sun Yat-sen. [135]

Performances Edit

In 2010, a theatrical play Yellow Flower on Slopes ( 斜路黃花 ) was created and performed. [136] In 2011, there is also a Mandopop group called "Zhongsan Road 100" ( 中山路100號 ) known for singing the song "Our Father of the Nation" ( 我們國父 ). [137]

New Three Principles of the People Edit

At one time CPC general secretary and PRC president Jiang Zemin claimed that Sun Yat-sen advocated a movement known as the "New Three Principles of the People" ( 新三民主義 ) which consisted of "working with the soviets, working with the communists and helping the farmers" ( 聯俄, 聯共, 扶助工農 ). [138] [139] In 2001 Lily Sun said that the CPC was distorting Sun's legacy. She then voiced her displeasure in 2002 in a private letter to Jiang about the distortion of history. [138] In 2008 Jiang Zemin was willing to offer US$10 million to sponsor a Xinhai Revolution anniversary celebration event. Selon Ming Pao she could not take the money because she would no longer have the freedom to communicate about the revolution. [138] This concept is still currently available on Baike Baidu.

KMT emblem removal case Edit

In 1981, Lily Sun took a trip to Sun Yat-sen mausoleum in Nanjing, People's Republic of China. The emblem of the KMT had been removed from the top of his sacrificial hall at the time of her visit, but was later restored. On another visit in May 2011, she was surprised to find the four characters "General Rules of Meetings" ( 會議通則 ), a document that Sun wrote in reference to Robert's Rules of Order had been removed from a stone carving. [138]

Father of Independent Taiwan issue Edit

In November 2004, the ROC Ministry of Education proposed that Sun Yat-sen was not the father of Taiwan. Instead, Sun was a foreigner from mainland China. [140] Taiwanese Education minister Tu Cheng-sheng and Examination Yuan member Lin Yu-ti [zh] , both of whom supported the proposal, had their portraits pelted with eggs in protest. [141] At a Sun Yat-sen statue in Kaohsiung, a 70-year-old ROC retired soldier committed suicide as a way to protest the ministry proposal on the anniversary of Sun's birthday 12 November. [140] [141]


Sun Yat-Sen Revolt - History

Sun Yat-sen (1866-1925) was the founder of the Kuomintang, a revolutionary group in China that ousted the Manchu or Qing dynasty from China and set up the Chinese Republic.

Début de la vie

Sun was born into a peasant family in a village near the Canton (Guangdong) Province just after the Taiping uprising, which was a great civil war that sought to oust the Manchus and was, in the end, savagely put down by them. Sun grew up listening to the men around him who often spoke about their fight against the oppressive and corrupt Manchu dynasty. His worldview was widened when emigrant members of his family, including Sun Mei, his older brother, arranged for him to attend school in Honolulu and then in Hong Kong. These experiences spoke to Sun of the better life available in the West. He resolved to become a doctor and first studied at the Canton Medical College, which was run by Americans, and then at Hong Kong University. Both schools were filled with teachers and students passionately discussing the rising tide of European socialism and democracy.

Revolution

Filled with this new way of thinking, Sun soon became a leader. The Chinese who lived overseas supported him and he used their money to travel to Japan, the United States, Canada and Europe and write to every country where other Chinese were studying. In this way, scores of graduate students that returned to China to start their professions or enter military or civil service were influenced by Sun’s ideas. He also became known among the powerful of many countries in the West. He did this for the better part of 20 years. This is how his revolutionary group, the Kuomintang, was born.

By 1911, the revolutionaries who had studied abroad were strong enough to attempt to overthrow the Manchus. Ironically, Sun was not in the country when the revolution happened, but was lecturing in Denver, Colorado. It was there that he heard that part of the Hankow Garrison had risen up against the Manchus. Sun was not the only one surprised by the uprising. The United States’ President Taft had just loaned the Manchu government a great deal of money with the belief that it was durable. The revolt began as a protest against this loan and those feelings spread throughout the country.

Another thing that helped Sun’s revolution was the fact that the new Manchu Emperor was a baby and the Dowager Empress, who would have been in ruthless control, was dead. The revolutionary army felt free to demand that the imperial family abdicate, which they did. Sun went to London to ask the British government not to interfere in the revolution and to prevent the Japanese from interfering. In another irony, the dynasty that had been nurtured for years by the West was now defeated by western ideals.

The reaction of the United States was mixed. She welcomed Sun as a democrat, but she had been supporting the dynasty and was also uneasy.

Sun rushed home to China and his followers proclaimed him President at Nanking. However, the revolution was fairly shallow. Besides men everywhere cutting off their queues, which had been imposed by the Manchus, nothing much changed in Chinese life. Sun’s power rested mostly in the southern and central provinces, while Peking (now Beijing) and the central government were controlled by Yuan Shih-k’ai, one of the Manchus’ generals. Yuan, a man who knew how to take advantage of situations he could not control, told Sun that he could keep his revolution if he, Yuan, became president. He still had his army and foreigners supporting him. Sun resigned his presidency and withdrew to Canton.

Première Guerre mondiale

World War I broke out soon after this. The European powers were preoccupied and Yuan declared himself Emperor. Though the Chinese seemed indifferent to the revolution, they were not so indifferent as to want another dynasty so soon after the last one so they revolted. Yuan’s army was defeated, and he was soon dead. Though there was an attempt at imperial restoration in 1917 with Pu Yi, the child emperor, the Chinese rejected this as well.

Following World War I, China was essentially adrift. Each province seemed to be ruled by a warlord. China’s industrialists, who were suffering in the chaos, began to look more and more to Sun Yat Sen and his Kuomintang, who were still in Canton. Sun believed that the technically more advanced West could not only invest in China, but also help her set up a stable, democratic government. He believed that the situation would be beneficial to both China and the West. But, the United States and Britain did not trust him and rejected his offers.

The rejection of Sun by the United States and Britain caused Sun to turn to the newly born Soviet Union, who was willing to treat the Chinese as an equal. As the Soviets were just emerging from the Great War, they had no money but yet sent advisers to China. It was with Russia’s advice that the Kuomintang was changed into a coalition of like-minded revolutionaries who believed in freedom. The Chinese Communists were also admitted and political outreach was given to Chinese peasants.

Principles and Policies

Sun Yat Sen died in 1925. But before that, he left the Kuomintang the Three People’s Principles, a set of Three Great Policies and a Will. The Three Principles were national independence, democracy and improvement of the people’s livelihood. The Three Policies were anti-imperialism, cooperation with the Soviet Union, and encouragement of the workers’ and peasants movements. His will set up a plan for National Reconstruction which would set up a government that provided the four basic needs of the people of China for food, clothing, housing and transportation.

The First National Convention, held in 1924, had the Three People’s Principles and the Three Great Policies as its platform and provided terms of cooperation between the Communists and the Kuomintang.

Vie privée

Sun Yat Sen was baptized a Christian in Hong Kong. In October of 1915, he married Soong Ching-Ling, who was the daughter of Charles Soong, who himself was a minister in the Methodist denomination. The marriage made Sun the brother-in-law of his protégé, Chiang Kai-shek, who married Ching-Ling’s sister after Sun’s death.


What were the Contribution of Sun Yat Sen in Chineses Revolution?

Sun Yat Sen played a prominent role in organising the revolution­aries of China. Though he was born in a poor family, he attained high education and later on adopted Christianity.

Sun Yat Sen and his supporters were extremely shocked by the defeat of China against France and they decided to uproot the useless Manchu government.

As Sun Yat Sen failed to get a job in the medical department, he shifted to Hawaii islands and got together an organisation of the Chinese immigrants.

It came to be known as Shing Chung Hui. With the help of this organisation he began to raise funds for the Chinese revolution. The Head Office of Shing Chung Hui was established in Hong Kong.

He organised a revolutionary army and planned to attack Canton but its conspiracy was exposed before it could be executed and Sun Yat Sen had to flee the country. He reached Japan after facing a lot of problems and then travelled to America and other countries.

Having come to know of socialist revolution he studied Das Kapital of Marx thoroughly and an influence of socialist thought became visible in his ideology.

Up to 1899 he remained as an immigrant in Japan and the people of China expressed interest in him but owing to the failure of Boxer revolution, he again achieved popularity and the Chinese began to be attracted by him.

Consequently, in spite of the suppression of the Boxer revolt, rebellions took place at several places under the leadership of Sun Yat Sen but they were crushed severely.

However, the name and fame of Sun Yat Sen spread far and wide. Dr. Sun Yat Sen has written in his autobiography.

“In 1895 people considered me a rebellious dacoit due to my failures but after the failure of 1900 people not only stopped to abuse me but the persons who were of advanced thoughts began to express their sympathy towards me seeing me in distress.

In fact, the youths of China were deeply influenced by the personality and patriotism of Sun Yat Sen.”


From “Memoirs of a Chinese Revolutionary”

  • Marie-Claire Bergère: Sun Yat-sen
  • Sun Yat-sen: The Three Principles of the People – San Min Chu I
  • ibid.: The International Development of China
  • Joseph W. Esherick, C.X. George Wei (edit.): China: How the Empire Fell

If you want to support our website, you might be interested in taking a look at our translations of Chinese literature on Amazon. Currently available is ‘Craven A and other Stories’ by Mu Shiying. Merci pour votre soutien!


Voir la vidéo: Les Cathares et le Saint Graal - La France des mystères - Documentaire complet - HD - MG


Commentaires:

  1. Zolokus

    Grande pensée

  2. Warian

    Ce sont les informations précieuses

  3. Nilmaran

    J'aime cette phrase :)

  4. Jamal

    Je suis définitif, je suis désolé, mais vous ne pouviez pas donner un peu plus d'informations.

  5. Pat

    Nous sommes désolés qu'ils interfèrent… Mais ils sont très proches du thème. Ils peuvent aider à la réponse. Écrivez au PM.

  6. Loria

    Je sais, comment il faut agir...

  7. Fell

    Aha, il me semblait aussi.



Écrire un message