Jimmy Speir

Jimmy Speir


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

James Speirs est né à Govan, Glasgow, le 22 mars 1886. Il a travaillé comme commis mais était un footballeur talentueux et a joué pour Maryhill dans la ligue junior de Glasgow avant de rejoindre les Glasgow Rangers. Ses débuts dans la Ligue écossaise ont eu lieu en septembre 1905. Il a marqué six buts lors de sa première saison au club.

En octobre 1906, Speirs épousa Elizabeth Lennox Maben. Il est resté aux Glasgow Rangers pendant trois ans et en 1908, Speirs a joué pour l'Écosse contre le Pays de Galles. L'Ecosse a gagné 2-1 mais Speirs n'a pas réussi à marquer. Plus tard cette année-là, Speirs a été transféré à Clyde.

L'année suivante, Speirs a signé pour Bradford City. Il est devenu capitaine et a marqué le seul but lorsque l'équipe a remporté la finale de la FA Cup contre Newcastle United en 1911. L'année suivante, Herbert Chapman a réussi à persuader Leeds City de payer 1 400 £ pour ses services. Il a développé un bon partenariat avec Billy McCleod et au cours de la saison 1912-13, Leeds a battu le record du club avec 70 buts.

Au début de la Première Guerre mondiale, Speirs s'enrôla dans le Queens Own Cameron Highlanders. Il est affecté en France en mars 1916. Après avoir remporté la Médaille militaire pour bravoure sur le terrain, il est promu au grade de sergent.

James Speirs a été tué à Passchendaele le 20 août 1917 et est enterré au Dochy Farm New British Cemetery en Belgique.


Recherche Jimmy Speirs

Enquêtez sur les antécédents de Jimmy Speirs en utilisant les liens ci-dessous. Nous espérons que vous trouvez cette information utile!

Saviez-vous que lors du recensement britannique de 1881, il y avait 1171 personnes portant le nom de famille Speirs ? Cette année-là, Speirs a été classé numéro 2436 pour la popularité au Royaume-Uni.

Le nom Jimmy signifie "Forme de JAMES. Celui qui supplante" et est d'origine hébraïque.

Nouveau dans l'histoire familiale? Consultez notre page de démarrage. Découvrez House Of Names pour enquêter sur les origines du nom de famille Speirs ou obtenez une copie de l'écusson de la famille Speirs (une excellente idée de cadeau !).


Ne jamais oublier – 1916

En pensant aux mots pour construire cet article, mon esprit remonte cent ans en arrière jusqu'à la bataille de la Somme. Car c'est ce jour-là, 1er juillet 1916, que commença l'une des batailles les plus célèbres de la Première Guerre mondiale. Il est rapporté que près de 20 000 soldats, principalement de Grande-Bretagne et d'Irlande ainsi que d'Inde et d'Afrique du Sud, ont perdu la vie le premier jour de cette bataille sanglante. À la fin de la bataille de la Somme, qui a eu lieu dans le nord de la France, cinq mois plus tard, plus d'un million de soldats des deux côtés de la guerre avaient perdu la vie ou avaient été blessés. J'ai du mal à imaginer quelles ont dû être les conditions pour les soldats dans les tranchées.

Lors de l'émission d'information de BBC1 diffusée à 22 heures le 29 juin 2016, un reportage était consacré à la bataille de la Somme. Dans cet article, le journaliste a souligné qu'Evelyn Lintott était l'une de celles qui ont tragiquement perdu la vie le premier jour de la bataille de la Somme. La nouvelle indiquait à juste titre qu'Evelyn jouait au football pour les Queens Park Rangers et l'Angleterre, mais malheureusement, ils n'ont pas mentionné qu'Evelyn jouait également pour Bradford City.

Pourquoi est-ce que je fais référence à la Première Guerre mondiale et à un ancien joueur de Bradford City ? Eh bien, s'il vous plaît laissez-moi continuer mon histoire. Début 2015, Andrew Ashcroft et Stephen Onions, qui sont également des supporters de Bradford City, ont décidé avec moi d'essayer d'obtenir des billets pour le tournoi Euro 2016. En effet, Andrew et moi étions allés en Suisse et en Autriche en 2008 pour assister à quelques matchs lors de l'Euro 2008. Grâce aux efforts d'Andrew, nous avons obtenu des billets via le site officiel de l'UEFA, pour un match à Paris qui aurait lieu le 13 juin 2016. A ce stade, le tirage au sort n'avait pas été fait pour l'Euro 2016, nous n'avons donc pas savoir qui nous allions voir jouer. Cependant, début décembre 2015, le tirage au sort a été fait et nous savions alors que nous allions voir la République d'Irlande affronter la Suède. Ironiquement, Andrew et moi avions vu la Suède perdre contre les futurs vainqueurs, l'Espagne, en 2008.

Au fil du temps, Andrew souhaitait obtenir des billets pour un autre match, car il avait initialement demandé des billets pour trois matchs. En 2016, d'autres billets ont été libérés par l'UEFA et nous avons eu la chance d'acheter des billets pour le match Allemagne contre Ukraine qui se jouerait à Lille le dimanche 12 juin 2016. Au cours de la planification de notre voyage, nous avons décidé de visiter Dochy. Ferme Nouveau cimetière britannique. Comme de nombreux lecteurs bien informés de cet article le savent, notre capitaine buteur de l'équipe gagnante de la FA Cup 1911, Jimmy Speirs, repose dans ce cimetière près d'Ypres en Belgique.

La matinée du samedi 11 juin 2016 est arrivée. Andrew est venu chercher Stephen et moi, puis nous nous sommes dirigés vers le Kent. Comme nous avions réservé le ferry de 8h30 de Douvres à Calais le 12 juin, nous avons décidé qu'il serait préférable de rester dans le Kent le soir du 11 juin. Ce soir-là, quelques pintes de la brasserie Shepherd Neame ont été consommées au pub Binger's Finger à Canterbury tout en regardant le premier match de l'Angleterre à l'Euro 2016. Un but de dernière minute a été concédé contre la Russie et les choses n'allaient se terminer que dans un sens pour l'équipe de Roy Hodgson en ce tournoi !

Nous avons quitté le Travelodge à 6h30 le 12 juin, à la grande surprise du membre du personnel à la réception. Ils ne savaient pas que plus tard ce jour-là, nous allions rendre hommage à Jimmy Speirs et à de nombreux autres soldats au Dochy Farm New British Cemetery.

La traversée en ferry s'est déroulée sans aucun problème à part une file d'attente de près d'une heure pour monter sur le ferry grâce aux 700 cyclistes qui voyageaient également sur le même ferry que nous. Nous sommes donc arrivés à Calais, puis nous avons traversé le nord de la France et traversé la frontière belge. Je n'avais pas apprécié le nombre de cimetières dans le sud de la Belgique où des milliers de soldats sont enterrés. Nous avons finalement vu un panneau indiquant le nouveau cimetière britannique de Dochy Farm. Je ne sais pas à quoi je m'attendais au cimetière à part rangée après rangée de pierres tombales. Alors que nous roulions sur une route rurale, nous sommes tombés sur le nouveau cimetière britannique de Dochy Farm sur notre gauche avec une pierre portant les mots: LEUR NOM VIT POUR TOUJOURS PLUS. Pour être honnête, le cimetière était plus petit que ce à quoi je m'attendais même s'il y a près de 1 500 pierres tombales là-bas. Ce dont je me souviens le plus, c'est à quel point le cimetière était calme et paisible. Le seul bruit que nous pouvions entendre tous les trois était celui du chant mélancolique des oiseaux. Nos recherches avaient consisté à localiser la pierre tombale de Jimmy Speirs avant notre visite, nous avons donc eu une idée de l'endroit où Jimmy avait été enterré. Après quelques minutes de marche, nous avons trouvé son lieu de repos. Pendant un moment, Andrew, Stephen et moi ne nous sommes pas parlé et nous nous sommes arrêtés pour observer notre environnement. Je ne sais pas ce qu'Andrew et Stephen pensaient à ce moment-là, mais j'imaginais à quel point ce paysage devait être différent il y a un siècle et comment moins de sept ans après avoir remporté la plus grande compétition de coupe du monde, Jimmy Speirs a été tué au service de son pays . Pendant ces moments sombres, j'ai aussi pensé à ma mère ainsi qu'à la mère d'Andrew, qui étaient malheureusement toutes les deux décédées au cours des huit mois précédents. Je ne me souviens pas exactement combien de temps nous sommes restés au cimetière, mais avant de partir, nous avons écrit une note dans le livre d'or. Nous avons également remarqué d'autres personnes qui avaient fait référence à Jimmy Speirs dans le livre d'or. En raison de contraintes de temps, nous n'avons visité aucun des autres cimetières du sud de la Belgique, mais nous étions heureux d'avoir trouvé Dochy Farm New British Cemetery.

Pendant la Première Guerre mondiale, Jimmy Speirs a été promu sergent des Cameron Highlanders et aurait fait preuve de grandes qualités de leadership. Peut-être qu'il les a emportés avec lui depuis le terrain de football ? Il a également reçu la Médaille militaire pour sa bravoure. Âgé de seulement 31 ans, Jimmy Speirs a été tué en août 1917. Il a accompli tant de choses dans une vie qui s'est terminée bien trop tôt. Nous ne devons jamais oublier ou sous-estimer les sacrifices que de nombreuses personnes ont consentis pendant la Première Guerre mondiale et en tant que partisans de Bradford City, nous ne devons jamais oublier Jimmy Speirs.


Vous n'avez fait qu'effleurer la surface de Speirs histoire de famille.

Entre 1953 et 2004, aux États-Unis, l'espérance de vie de Speirs était à son point le plus bas en 1953 et le plus élevé en 2001. L'espérance de vie moyenne pour Speirs en 1953 était de 30 ans et de 76 ans en 2004.

Une durée de vie inhabituellement courte peut indiquer que vos ancêtres Speirs vivaient dans des conditions difficiles. Une courte durée de vie peut également indiquer des problèmes de santé qui étaient autrefois répandus dans votre famille. Le SSDI est une base de données consultable de plus de 70 millions de noms. Vous pouvez trouver des dates de naissance, des dates de décès, des adresses et plus encore.


Jimmy Speirs – Un héros du football et du champ de bataille

Dans « l'histoire officielle de la Grande Guerre », le brigadier-général J. E. Edmonds rapporte que 244 897 soldats britanniques et du Commonwealth ont été victimes de la troisième bataille d'Ypres. Parmi les morts figurait un capitaine vainqueur de la FA Cup qui a disputé plus de trois cents matchs en tant que footballeur professionnel avant de gagner les honneurs sur le champ de bataille. Il s'appelait Jimmy Speirs.

Né dans le quartier de Govan à Glasgow le 22 mars 1886, Speirs allait devenir un attaquant de renom qui a marqué plus de cent buts au cours d'une carrière de dix ans dans le football professionnel écossais et anglais et a été capitaine de Bradford City à leur seul triomphe en FA Cup. en 1911. Il remportera ensuite la Médaille militaire pendant la Première Guerre mondiale avant de finalement perdre la vie trois semaines après le début de la bataille qui deviendra plus tard simplement connue sous le nom de Passchendaele.

Football écossais

James Hamilton Speirs a commencé sa carrière de footballeur au sein de l'équipe amateur locale très appréciée du Maryhill FC, où ses performances impressionnantes ont rapidement attiré l'attention des géants écossais des Glasgow Rangers. Après avoir terminé la saison 1904/05 avec Maryhill, Speirs déménage à Ibrox avec son coéquipier John McFie à l'été 1905 et fera ses débuts le 25 septembre 1905 lors d'une défaite 5-0 contre Heart of Midlothian.

Malgré le début de vie décevant des Rangers, Speirs s'est rapidement installé dans l'équipe première et a marqué neuf fois en 21 matchs à la fin de sa première saison au club. De plus, Speirs remporterait également sa première pièce d'argenterie alors que les Rangers battaient Queens Park 3-2 lors de la finale de la Glasgow Merchants & 8217 Charity Cup. La saison suivante devait s'avérer encore plus productive pour Speirs, sinon pour les Rangers, alors qu'il marquait ce qui s'avérerait être un record en carrière de 13 buts en 22 matchs de championnat pour le club. Malgré cette contribution impressionnante de Speirs, les Rangers n'ont pu réussir qu'une décevante troisième place, languissant à environ 10 points des champions et grands rivaux, le Celtic.

La campagne 1907/08 s'avérera tout aussi décevante pour les Rangers car ils ont de nouveau terminé à deux places du Celtic, qui a terminé champion d'Écosse pour la quatrième saison consécutive. Pour Speirs, la saison représenterait également sa dernière à Ibrox et à l'été 1908, il a déménagé à travers Glasgow pour rejoindre Clyde, alors basé à Rutherglen. Speirs a fait ses débuts lors d'une victoire 1-0 contre Hamilton Academical le 15 août 1908 et a marqué 10 buts respectables en 20 matchs de championnat et de coupe. Pour Clyde, la première saison de Speirs s'est avérée être sans doute la plus réussie de toute l'histoire du club puisqu'ils ont terminé troisièmes, à seulement trois points des champions, les Rangers. Le club a également bien performé dans la coupe, progressant jusqu'en demi-finale avant de finalement perdre contre le Celtic.

Ville de Bradford

Après seulement une saison à Shawfield Park, Speirs a été persuadé de quitter le football écossais et s'est dirigé vers le sud pour rejoindre l'équipe de première division anglaise Bradford City. Les Bantams venaient tout juste d'éviter la relégation lors de la saison 1908/09 et devaient à nouveau figurer parmi les lutteurs lors de la campagne 1909/10. Speirs a fait ses débuts lors d'une défaite 1-0 à Manchester United le 1er septembre 1909, avant de disputer son premier match à domicile trois jours plus tard lors d'une victoire 4-1 contre Bristol City. Bien qu'il ait dû attendre 16 matchs pour marquer son premier but pour son nouveau club, Speirs a eu un impact immédiat à Valley Parade et serait toujours présent alors que City terminait septième de la ligue et atteignait le deuxième tour de la FA Cup.

La saison suivante, City a obtenu une cinquième place très respectable, Speirs ayant inscrit sept buts en 25 matchs joués. Ce fut une campagne impressionnante du côté du Yorkshire, encore renforcée lorsqu'ils ont battu Newcastle United 1-0 lors de la relecture de la finale de la FA Cup à Old Trafford pour remporter l'illustre compétition pour la première et unique fois de leur histoire. Pour Speirs, le triomphe était encore plus mémorable car il a non seulement été capitaine de l'équipe, mais a également marqué le but qui a remporté le match. C'était l'apogée de la carrière de joueur de Speirs et City a été accueilli par plus de 100 000 fans à leur retour à Bradford avec le trophée après la finale.

Après les sommets de la campagne 1910/11, la saison suivante s'est avérée être une saison de frustration pour Speirs et son club. Après avoir bien commencé la saison, le skipper de City s'est blessé à la fin septembre et a été contraint de rester sur la touche jusqu'à la mi-mars 1912. En son absence, City a eu du mal avec la régularité et a fini par terminer au milieu du tableau de la première division. . En FA Cup, ils ont battu leurs voisins Bradford Park Avenue au troisième tour mais ont été éliminés en quart de finale par les éventuels vainqueurs, Barnsley.

Malgré ses problèmes de blessures, Speirs a bien commencé la saison 1912/13. Après avoir disputé 13 des 15 premiers matchs de son équipe, l'Écossais a frappé neuf fois et est revenu en pleine forme. En décembre 1912, cependant, Speirs mit fin à son séjour de trois saisons et demie à Bradford City lorsque l'ambitieuse équipe de deuxième division Leeds City paya 1400 £ pour l'emmener à Elland Road. C'était une sorte de coup d'État pour Leeds, désormais entraîné par Herbert Chapman, et ils espéraient qu'ils les verraient percer dans le plus haut niveau du football anglais.

Lors de sa première saison à Leeds, Speirs a marqué dix buts en 20 matchs pour les aider à atteindre la sixième place. Ce fut un début solide, mais que Leeds et Speirs ont amélioré la saison suivante en terminant quatrième, cinq points derrière les champions du comté de Notts. Capitaine de l'équipe, Speirs a marqué 12 buts en 29 matchs et a formé un partenariat puissant avec le meilleur buteur du club, Billy McLeod, qui en a marqué 27.

À l'approche de la saison 1914/15, qui devait se jouer dans le contexte de la Première Guerre mondiale, beaucoup pensaient que Leeds était assez bon pour enfin s'assurer une place au sommet du football anglais et la confiance était élevée au club. Pourtant, Leeds a commencé la saison de la pire manière possible, perdant ses quatre premiers matchs de la saison, et finirait finalement à une modeste 15e place. Ce fut une campagne décevante pour le club et qui a été aggravée par une mauvaise performance en FA Cup. Pour Speirs, ce serait aussi sa dernière saison dans le football anglais.

Après avoir joué son dernier match pour Leeds lors d'une défaite 2-0 à domicile contre Barnsley le 24 avril 1915, Speirs a pris la décision de rentrer chez lui à Glasgow pour s'enrôler dans l'armée britannique. Au cours de sa carrière de dix ans en tant que footballeur professionnel, Speirs avait joué un total de 256 matchs toutes compétitions confondues et avait marqué 104 buts. Il avait également remporté une médaille de vainqueur de la FA Cup et avait été couronné une fois par son pays.

Jimmy Speirs est revenu à Glasgow peu après le point culminant de la saison de football 1914/15 et s'est enrôlé dans le Queen&# 8217s Own Cameron Highlanders le 17 mai 1915. Posté au 3e bataillon (réserve) à Invergordon pour s'entraîner une semaine plus tard, le soldat S /18170 Speirs impressionna rapidement suffisamment pour être nommé caporal suppléant le 29 juillet 1915.

Le 29 mars 1916, Speirs est affecté au 7e bataillon (de service) des Cameron Highlanders, qui était en France au sein de la 15e division (écossaise) depuis juillet 1915, et est ensuite promu au grade de caporal à part entière le 19 Juillet 1916 - Trois semaines après le début de la grande offensive britannique au nord de la Somme. Faisant partie d'une escouade de mitrailleuses, Speirs devait être impliqué dans de violents combats sur la Somme et fut blessé au coude gauche le 8 septembre 1916. Après des soins derrière les lignes, Speirs retourna rapidement dans son unité et vit à nouveau de lourds lors de la bataille d'Arras au printemps 1917.

Le 7th Camerons subira de lourdes pertes lors de l'offensive et sera finalement renvoyé en réserve pour se regrouper et récupérer. C'est au cours de cette période que Speirs devait être recommandé pour la Médaille militaire, décernée à d'autres grades pour « bravoure sur le terrain ». La récompense a par la suite été accordée et une notification a été publiée dans le Supplément à La Gazette de Londres le 9 juillet 1917.

Après avoir traversé ses deux premières années de service relativement indemnes, Speirs a été nommé sergent par intérim le 1er juin 1917 avant d'être promu sergent à part entière. Peu de temps après, Speirs obtint un congé dans les foyers et passera du temps à Glasgow, Leeds et Bradford avant de retourner dans son unité au cours de la deuxième semaine de juillet 1917. Deux semaines plus tard, l'armée britannique lança une offensive majeure autour du saillant d'Ypres en Belgique.

Le 20 août 1917, le 7th Camerons s'engage dans les lignes à l'est de St Julien, où il se prépare à attaquer un point d'appui allemand à la cote 35. Quittant ses tranchées à Pommern Redoubt, le bataillon progresse mais est rapidement bloqué par une mitrailleuse lourde. feu provenant de la ferme Gallipoli et de la ferme ibérique. Après avoir subi de lourdes pertes, ils sont relevés le 24 août 1917 et se dirigent vers Erie Camp, au sud-est de Poperinghe.

Sur les 15 officiers et 450 autres soldats qui étaient entrés en action, les Camerons avaient subi un total de 144 pertes. Parmi les disparus se trouvait le Sgt Speirs, qui aurait été touché à la cuisse lors de l'attaque. Malgré les espoirs initiaux que le sous-officier populaire ait été fait prisonnier, aucune autre information n'a été reçue et Speirs a finalement été porté disparu, présumé mort.

Le 7th Battalion of the Queen’s Own Cameron Highlanders participera à d'autres actions pendant la Première Guerre mondiale, jusqu'à ce que 600 de ses hommes soient transférés au 6th (Service) Battalion le 10 juin 1918 et qu'il soit réduit au rang de cadre. En août 1918, le fut dissous dans le cadre de la restructuration majeure de l'armée britannique.

En octobre 1919, la femme de Speirs, Bessie, a appris que le corps de son mari avait été retrouvé sur le champ de bataille où il était tombé, près de la ferme ibérique. Le 20 août 1920, elle reçut une nouvelle communication du War Office l'informant que son mari était désormais officiellement enregistré comme étant « tué au combat ou mort des suites de blessures le 20 août 1917 ou peu après. » Enfin, le 6 octobre 1921 , Bessie Speirs a été informée que les restes de son mari avaient été enterrés au cimetière de Dochy Farm, situé au nord-ouest de Zonnebeke. Cela faisait plus de quatre ans depuis sa mort et deux depuis que son corps avait été retrouvé sur le champ de bataille.

Dans un dernier et triste coup du sort, Jimmy Speirs devait rester sous une pierre tombale mal orthographiée pendant près de huit décennies à la suite d'une erreur d'écriture lors de son enrôlement en 1915. Ce n'est qu'en 2007 que la Commonwealth War Graves Commission a finalement accepté de retirer le pierre enregistrant son nom sous le nom de Spires et le remplaça par un autre qui portait l'orthographe correcte.

Une liste complète des sources utilisées pour créer cette page peut être trouvée ici.


Jimmy Speirs - Histoire

Jimmy Speirs est né le 22 mars 1886 à Govan, Glasgow. Le 5 e des 6 enfants de James Hamilton Speirs et Janet Shields Speirs. Il a épousé Elizabeth Lennox Maben le 24 octobre 1906. Le 11 décembre 1907, James Hamilton Speirs est né avec Elizabeth Maben Speirs le 6 août 1912.

Il a travaillé comme commis tout en jouant à l'intérieur avant pour Annandale F.C. Il a remporté la Glasgow Junior Cup en 1904-05. Il a ensuite déménagé à Lochburn Park Maryhill Juniors avant de passer aux Glasgow Rangers en 1905.

Jimmy a fait ses débuts le 25 septembre 1905, Speirs a dû attendre 2 semaines après pour marquer son 1 er but contre Port Glasgow remportant à nouveau la Glasgow Merchants cup en marquant en demi-finale et en finale de la compétition. Speirs a eu 53 apparitions, marquant 24 buts en 3 ans à Ibrox. Au cours de sa dernière année, il a également remporté sa seule sélection pour l'Écosse lors d'une victoire 2-1 contre le Pays de Galles le 7 mars 1908.

À l'été 1908, il rejoint Clyde et passe un an au Shawfield Stadium. Speirs n'a joué que 14 matchs, mais les a aidés à atteindre leur troisième position de la ligue, à 3 points du vainqueur Celtic.

Après un an à Clyde à l'été 1909, Jimmy a déménagé dans le sud et a rejoint Bradford City, passant 2 ans à Valley Parade, faisant 86 apparitions, marquant 29 fois. C'est ici que Jimmy a écrit son nom dans les livres d'histoire en tant que capitaine vainqueur de Bradford lors de la FA Cup lors de la saison 1910-11 contre Newcastle United après une rediffusion. Marquer le seul but du match.

En décembre 1912, il signa pour Leeds United pour un montant de 1 200 £, apparaissant 73 fois, marquant 32 fois. En raison du déclenchement de la Première Guerre mondiale, Jimmy retourna à Glasgow à la fin de la saison 1914-15 et s'enrôla dans le Queen's Own Cameron Highlanders le 17 mai 1915.

La conscription (le brouillon) était dans un an dont Speirs aurait été exempté car il était marié et père de 2 jeunes enfants. Le soldat S/18170 est affecté au quartier général du régiment à Inverness. Il a été nommé caporal suppléant pendant qu'il était en formation. Il a été affecté outre-mer le 29 mai 1916. Plus tard cette même année, il s'est blessé au coude.

En avril 1917, Speirs participa à la seconde bataille d'Arras, pour laquelle il reçut la Médaille militaire de la bravoure en mai 1917. De retour chez lui en permission, il retourna en France où il fut tué lors de la bataille de Passchendaele aux alentours de Le 20 août 1917 à l'âge de 31 ans. Il est enterré au Dochy Farm New British Cemetary près d'Ypres en Belgique.

Jimmy Speirs a été initié à la Loge Saint Vincent Sandyford No.553 le 11 mars 1908, le football l'a emporté mais il est revenu et est devenu Maître Maçon, puis Membre à Vie le 12 février 1913


Jimmy Speir

James Hamilton Speirs MM (1886-1917) est né dans le district glasvégien de Govan le 22 mars 1886 et décédé en Belgique le 20 août 1917. Un attaquant de renom, Speirs a marqué plus d'une centaine de buts au cours d'une carrière de dix ans dans l'équipe professionnelle écossaise et anglaise. football et capitaine de Bradford City à leur seul triomphe en FA Cup en 1911. Speirs s'est enrôlé dans l'armée britannique pendant la Première Guerre mondiale et a finalement perdu la vie au service des Queen’s Own Cameron Highlanders lors de la troisième bataille d'Ypres.

Carrière de football

Speirs a commencé sa carrière de footballeur au sein de l'équipe amateur locale très appréciée du Maryhill FC, où ses performances impressionnantes ont rapidement attiré l'attention des géants écossais des Glasgow Rangers. Après avoir terminé la saison 1904/05 avec Maryhill, Speirs déménage à Ibrox avec son coéquipier John McFie à l'été 1905 et fera ses débuts le 25 septembre 1905 lors d'une défaite 5-0 contre Heart of Midlothian.

Malgré ce début décevant, Speirs s'est rapidement installé chez les Rangers et a marqué neuf fois en 21 matchs à la fin de sa première saison au club. De plus, Speirs gagnerait également sa première pièce d'argenterie alors que les Rangers battaient Queens Park 3-2 lors de la finale de la Glasgow Merchants & 8217 Charity Cup. La saison suivante devait s'avérer encore plus productive pour Speirs, sinon pour les Rangers, alors qu'il marquait ce qui s'avérerait être un record en carrière de 13 buts en 22 matchs de championnat pour le club. Malgré cette contribution impressionnante de Speirs, les Rangers n'ont pu réussir qu'une décevante troisième place, languissant à environ 10 points des champions et grands rivaux, le Celtic.

La campagne 1907/08 s'avérera tout aussi décevante pour les Rangers car ils ont de nouveau terminé à deux places du Celtic, qui a terminé champion d'Écosse pour la quatrième saison consécutive. Pour Speirs, la saison représenterait également sa dernière à Ibrox et à l'été 1908, il a déménagé à travers Glasgow pour rejoindre Clyde, alors basé à Rutherglen. Speirs a fait ses débuts lors d'une victoire 1-0 contre Hamilton Academical le 15 août 1908, et a marqué 10 buts respectables en 20 matchs alors que Clyde a terminé troisième de la ligue et se qualifie pour la demi-finale ou la coupe.

Après seulement une saison à Shawfield Park, Speirs a été persuadé de quitter le football écossais et s'est dirigé vers le sud pour rejoindre l'équipe de première division anglaise Bradford City. Les Bantams venaient tout juste d'éviter la relégation lors de la saison 1908/09 et devaient à nouveau figurer parmi les lutteurs lors de la campagne 1909/10. Après avoir fait ses débuts lors d'une défaite 1-0 à Manchester United le 1er septembre 1909, Speirs dispute son premier match à domicile trois jours plus tard lors d'une victoire 4-1 contre Bristol City. Bien qu'il ait dû attendre 16 matchs pour marquer son premier but pour son nouveau club, Speirs a eu un impact immédiat à Valley Parade et serait toujours présent alors que City terminait septième de la ligue et atteignait le deuxième tour de la FA Cup.

La saison suivante, City a obtenu une cinquième place très respectable, Speirs ayant inscrit sept buts en 25 matchs joués. Ce fut une campagne impressionnante du côté du Yorkshire, encore renforcée lorsqu'ils ont battu Newcastle United 1-0 lors de la reprise de la finale de la FA Cup à Old Trafford pour remporter l'illustre compétition pour la première et unique fois de leur histoire. Pour Speirs, le triomphe était encore plus mémorable car il a non seulement été capitaine de l'équipe, mais a également marqué le but qui a remporté le match. C'était l'apogée de la carrière de joueur de Speirs et City a été accueilli par plus de 100 000 fans à leur retour à Bradford avec le trophée après la finale.

Après les sommets de la campagne 1910/11, la saison suivante s'est avérée être une saison de frustration pour Speirs et son club. Après avoir bien commencé la saison, le skipper de City s'est blessé à la fin septembre et a été contraint de rester sur la touche jusqu'à la mi-mars 1912. En son absence, City a eu du mal avec la régularité et a fini par terminer au milieu du tableau de la première division. . En FA Cup, ils ont battu leurs voisins Bradford Park Avenue au troisième tour mais ont été éliminés en quart de finale par les éventuels vainqueurs Barnsley.

Malgré ses problèmes de blessures, Speirs a bien commencé la saison 1912/13. Après avoir disputé 13 des 15 premiers matchs de son équipe, l'Écossais a frappé neuf fois et est revenu en pleine forme. Cependant, en décembre 1912, Speirs mit fin à son séjour de trois saisons et demie à Bradford City lorsque l'ambitieuse équipe de deuxième division Leeds City paya 1400 £ pour l'emmener à Elland Road. C'était une sorte de coup d'État pour Leeds, désormais entraîné par Herbert Chapman, et ils espéraient qu'ils les verraient percer dans le plus haut niveau du football anglais.

Lors de sa première saison à Leeds, Speirs a marqué dix buts en 20 matchs pour les aider à atteindre la sixième place. Ce fut un début solide, mais que Leeds et Speirs ont amélioré la saison suivante en terminant quatrième, cinq points derrière les champions Notts County. Capitaine de l'équipe, Speirs a marqué 12 buts en 29 matchs et a formé un partenariat puissant avec le meilleur buteur du club, Billy McLeod, qui en a marqué 27.

À l'approche de la saison 1914/15, beaucoup pensaient que Leeds était assez bon pour enfin s'assurer une place au sommet du football anglais et la confiance était élevée dans le club. Pourtant, Leeds a commencé la saison de la pire manière possible, perdant ses quatre premiers matchs de la saison, et finirait finalement à une modeste 15e place. Ce fut une campagne décevante pour le club et qui a été aggravée par une mauvaise performance en FA Cup. Pour Speirs, ce serait aussi sa dernière saison dans le football anglais.

Après avoir joué son dernier match pour Leeds lors d'une défaite à domicile 2-0 contre Barnsley le 24 avril 1915, Speirs a pris la décision de rentrer chez lui à Glasgow pour s'enrôler dans l'armée britannique. Au cours de ses dix ans de carrière de footballeur professionnel, Speirs avait disputé un total de 256 matchs toutes compétitions confondues et avait marqué 104 buts. Il avait également remporté une médaille de vainqueur de la FA Cup et avait été couronné une fois par son pays.

Service de la Première Guerre mondiale

Speirs est revenu à Glasgow peu après le point culminant de la saison de football 1914/15 et s'est enrôlé dans les Queen’s Own Cameron Highlanders le 17 mai 1915. Affecté au 3e bataillon (de réserve) à Invergordon pour s'entraîner une semaine plus tard, le soldat S/ 18170 Speirs a rapidement suffisamment impressionné pour être nommé caporal suppléant le 29 juillet 1915. Il a ensuite été affecté au 7e bataillon (de service) des Cameron Highlanders le 29 mars et a été promu au grade de caporal le 19 juillet 1916 - trois semaines dans la grande offensive britannique au nord de la Somme.

Faisant partie d'une escouade de mitrailleuses, Speirs devait être impliqué dans de violents combats sur la Somme et fut blessé au coude gauche le 8 septembre 1916. Après des soins derrière les lignes, Speirs retourna rapidement dans son unité et vit à nouveau de lourds au cours de la bataille d'Arras au printemps 1917. Après avoir subi d'importantes pertes, le 7th Camerons a finalement été renvoyé en réserve pour se regrouper et récupérer. C'est au cours de cette période que Speirs devait être recommandé pour la Médaille militaire, décernée à d'autres grades pour bravoure sur le terrain. La récompense a par la suite été accordée et une notification a été publiée dans le Supplément à La Gazette de Londres le 7 juillet 1917.

Après avoir vécu ses deux premières années de service relativement indemnes, Speirs est nommé sergent par intérim le 1er juin 1917 avant d'être promu sergent. Peu de temps après, Speirs obtint un congé dans les foyers et passera du temps à Glasgow, Leeds et Bradford avant de retourner dans son unité au cours de la deuxième semaine de juillet 1917. Deux semaines plus tard, l'armée britannique lança une offensive majeure autour du saillant d'Ypres en Belgique.

Le 20 août 1917, le 7th Camerons s'engage dans les lignes à l'est de St Julien, où il se prépare à attaquer un point d'appui allemand sur la cote 35. Quittant ses tranchées à Pommern Redoubt, le bataillon progresse mais est rapidement bloqué par une mitrailleuse lourde. feu provenant de la ferme Gallipoli et de la ferme ibérique. Après avoir subi de lourdes pertes, ils sont relevés le 24 août et se dirigent vers le camp d'Erie, au sud-est de Poperinghe.

Sur les 15 officiers et 450 autres soldats qui étaient entrés en action, les Camerons avaient subi un total de 144 pertes. Parmi les disparus se trouvait le Sgt Speirs, qui aurait été touché à la cuisse lors de l'attaque. Malgré les espoirs initiaux que le sous-officier populaire ait été fait prisonnier, aucune autre information n'a été reçue et Speirs a finalement été signalé comme "disparu présumé mort".

En octobre 1919, Bessie Speirs apprit que le corps de son mari avait été retrouvé sur le champ de bataille où il était tombé, près de la ferme ibérique. Le 20 août 1920, elle reçut une nouvelle communication du War Office l'informant que son mari était désormais officiellement enregistré comme étant « tué au combat ou mort des suites de blessures le 20 août 1917 ou peu après. » Enfin, le 6 octobre 1921 , Bessie Speirs a été informée que les restes de son mari avaient été enterrés au cimetière de Dochy Farm, situé au nord-ouest de Zonnebeke. Cela faisait plus de quatre ans depuis sa mort et deux depuis que son corps avait été retrouvé sur le champ de bataille.

In one final and sad twist of fate, Speirs was to lie under a mis-spelled headstone for almost eight decades following a clerical error on his enlistment in 1915. It was not until 2007 that the Commonwealth War Graves Commission finally agreed to remove the stone recording his name as Spiers and replaced it with one that carried the correct spelling.

COMPLETE CAREER STATISTICAL RECORD

Saison club League Pos FA Cup League Games League Goals FA Cup Games FA Cup Goals
1904/05 Maryhill
1905/06 Rangers 4th (Scottish First Division) 18 6 3 3
1906/07 Rangers 3rd (Scottish First Division) 22 13 3 1
1907/08 Rangers 3rd (Scottish First Division) 13 5 3 1
1908/09 Clyde 3rd (Scottish First Division) 14 7 6 3
1909/10 Bradford City 7th (First Division) R2 38 6 2 1
1910/11 Bradford City 5th (First Division) W 25 7 6 2
1911/12 Bradford City 11th (First Division) R4 10 7 2 1
1912/13 Bradford City 13th (First Division) R1 13 9
1912/13 Leeds City 6th (Second Division) R1 19 10 1
1913/14 Leeds City 4th (Second Division) R2 29 12 2
1914/15 Leeds City 15th (Second Division) R2 25 10 2
Sommaire
Bradford City 86 29 10 4
Clyde 14 7 6 3
Leeds City 73 32 5 0
Rangers 53 24 9 5
Totals 226 92 30 12

A full list of sources used to create this page can be found ici.


Going goggle-eyed

Gogglebox – one of several come-bake-off-with-the-bride type programmes the girls of my family insist I must watch when I could be reading football memorabilia books – had its heroes viewing The Apprentice last time. I’ve always loathed this showcase for Alan Sugar, and the kids have finally banned me from delivering my solemn lecture about how it sets a bad example to the country, portraying work as an exercise in flogging tat, then backstabbing and bullying to have colleagues unfairly dismissed, by bosses who heroically overrate themselves.

The Gogglebox people are all nice(ish) and funny(ish), qualities vital to keep at bay total self-loathing that we are gathered as a family, watching on telly other people watching telly. But when the warm, cuddly Gogglebox folk watched The Apprentice, they turned mean, urging Lord Sugar to lift his stubby finger for a triple sacking, then cheering and rubbing their hands when he did. Amid the worries about rancour and dissatisfaction besetting Britain, basing so much popular culture on summary firing cannot be doing much good.


Place in History

Lieutenant Colonel Ronald C Speirs retired from the Army on 31 st March, 1964. He had served 22 years in the military and his career had spanned one of the most turbulent and dangerous periods in human history.

Commissioned into the Army at 22 years of age, Speirs joined the paratroopers – a new concept for an infantry fighting force – which at that time had only been used by the Germans and was originally disliked by US Army Commanders.

The Forties

The 101st Airborne was activated on 16 th August 1942 at Camp Claiborne, Louisiana. It’s first commander Major General William C Lee declared to his paratroopers in General Order Number 5, dated 19 th August, that ‘the 101st has no history but has a rendezvous with destiny.’

The start of Speirs’ military career was set against the backdrop of World War II – the deadliest conflict in history. It was a global war, fought in Europe, Africa, Asia and on the Atlantic and Pacific oceans. Over 100 million people served in the military and countries placed their entire economic, industrial and scientific efforts towards winning the war.

It was a war which saw the mass killing of civilians and resulted in over 60 million dead – the equivalent of 2.5% of the world’s population. It can’t be forgotten that it was also a war that included one of the most shameful events in human history – the holocaust. Added to this, World War II was the first and only war in which nuclear weapons have been used.

Speirs was part of that war. He parachuted behind enemy lines, directly into hostile territory on D-Day. He participated in Operation Market-Garden, the Battle of the Bulge and was part of the force that liberated Hitler’s Eagles Nest.

Post World War II saw the emergence of the United States and the Soviet Union as the world’s two global superpowers and then – due to differing ideologies – the start of the Cold War between them. Though the two never fought directly against each other they did fight indirectly by supporting opposing sides in many global conflicts that followed.

The Fifties

America in the 1950s was prosperous with growth in the manufacturing and construction industries, but was a nation highly concerned by the spread of communism – McCarthyism and the Second Red Scare are both terms associated with this period. This decade also saw the arrest of Julius and Ethel Rosenberg on charges of passing secret information on the atomic bomb to the Soviets, which ultimately lead to the execution of both. This still remains the only time in American history that two civilians have been executed for treason.

The Korean War started on 25 th June, 1950 and by 15 th September, 1950 Speirs was in theatre. The United States’ involvement resulted from the United Nations Security Council’s Resolution 84 which authorized military intervention. China and the Soviet Union backed the Northern Democratic People’s Republic of Korea. It is often called the Forgotten War but resulted in 33,686 battle deaths, 2,830 non-battle deaths and 8,176 missing in action. 1

American tanks and troops at Checkpoint Charlie

American Car Escorted By The East German Police

East German construction workers

Meanwhile, Berlin was a divided city still controlled by the Allies after World War II. Spiers was stationed there first as a Foreign Intelligence Officer in 1956 and then as Director of Spandau Prison in 1957. He left Berlin in 1958.

The Sixties

The 1960s was a decade which would see incredible change and seismic shifts in social attitudes and expectations. The decade began with the election and inauguration of President John F Kennedy on 20 th January, 1961. A former United States Senator from Massachusetts – the same state as Ronald Speirs – Kennedy, at 43 years old, was the second youngest president ever to be elected. It was a Presidency which began with an optimistic vision often described as a ‘Camelot’ because of its potential and promise for the future – but ended with the shocking assassination of President Kennedy.

In Europe, the construction of the Berlin Wall by East Germany began on 13 th August, 1961 and completely annexed West Berlin from East Berlin. This wall would stand for 28 years – until 9 th November, 1989.

Check Point Charlie, a crossing point in the Berlin Wall, was the scene of one of the most dangerous events of the Cold War occurring on 22 nd October, 1961 and was second in magnitude only to the Cuban Missile Crisis. It began when East German guards tried to examine the travel documents of a U.S. diplomat and ended with American and Soviet tanks facing each other less than 100 metres apart. The crisis was resolved on 28 th October, 1961 but highlighted the on-going and potentially deadly tensions between the US and the Soviets.

In Asia, the Laotian Civil War – to which Speirs was deployed 28 th August, 1961 – was another conflict that involved the United States and the Soviets arming, equipping and supporting the two differing and opposing sides.

The world held its breath in October 1962 as the United States and the Soviets began a 13 day impasse due to nuclear missile sites being built by the Soviets on the island of Cuba. This became known as the Cuban Missile Crisis and was the deadliest stand-off yet between the United States and the Soviets. This crisis brought the world to the brink of a nuclear war.

It was during the Cuban Missile Crisis that Speirs – working in the Plans Branch, Plans and Policy Division, Civil Affairs Directorate (ODCSOPS) in Washington DC – would receive a further military accolade. According to his Army Commendation Medal, 2 “Lieutenant Colonel Speirs assumed responsibility for the Plans and Policy Division, Civil Affairs Directorate, in the midst of the Cuban crisis of 1962 and provided the necessary leadership and guidance needed during this critical period.” His Army Commendation Medal also mentions his work during the Haitian crisis in 1963 when marshal law was imposed in Port-au-Prince, Haiti because of the threat of invasion from the Dominic Republic which resulted in the US State Department issuing a warning advising all Americans to evacuate. “Lieutenant Colonel Speirs directed his branch in providing timely and vital civil affairs planning support to the overall effort.” While his Legion of Merit 3 medal states, “In the field of civil affairs he demonstrated a profound understanding of existing politico-military situations and played a major role in the timely civil affairs support provided for military units involved in operations during periods of international crises.”

Protest Against The War In Vietnam

Ballistic Missile Site in Cuba

The sixties will always be remembered and associated with the Vietnam War – a war whose roots can be traced to Indochina and which began well over a decade earlier. Though Speirs did not serve in Vietnam, he did serve in Laos, part of Indochina where in 1961 he was a Senior Military Advisor. US involvement in Vietnam escalated in the early 1960s with an exponential increase of US troops in situ. This war would divide America and cause a fault line which exposed two sides – those for and those against – which ran across social and political boundaries. Continued involvement in Vietnam would lead to mass student demonstration, draft evasion, and distrust in public government.

Speirs continued his work at the Pentagon and was directly responsible for writing several basic civil affairs policy documents on behalf of the Department of Defence which “added new status to civil affairs planning by initiating a systematic and realistic review of civil affairs support of all contingency plans taken under consideration by this Directorate.” 4

His Legion of Merit awarded for “exceptionally meritorious service while serving in positions of responsibility from October 1961 to March 1964” further states, “Colonel Speirs’ outstanding effectiveness as a military leader, administrator, and organiser was of great value in furthering military objectives of major importance to the security effort worldwide” and continues, “by his inspiring leadership, professional competence, and devotion to duty, he contributed materially to the readiness posture of the armed forces of his country and to the defence effort of the Nation. Colonel Speirs’ distinguished performance of duty throughout this period represents outstanding achievement in the most cherished traditions of the United States Army and reflects the utmost credit upon himself and the military service.”

Lieutenant Colonel Ronald C Speirs retired from the military on 31 st March 1964 after serving 22 years on active duty.


Jimmy Speirs: A hero on the pitch and in battle

/>

Unlikely sporting successes tend to have ancillary benefits, too. In this case, one positive offshoot would be that the Yorkshire club would become famous to contemporary football fans for more than an appalling fire that claimed 56 lives at Valley Parade in 1985.

Regardless of the result, another positive ramification of Bradford’s march to Wembley is that it has provided a context for the telling of one of the most magical life stories to have taken form in the pre-War period when so many Scots helped the game in England to grow.

Jimmy Speirs was a Glaswegian war hero, a sergeant in the Cameron Highlanders who claimed the Military Medal for bravery in the field before perishing near Ypres in Belgium in 1917.

He was also, before volunteering, a Bradford City hero one whose contribution to the lore of the club has never been surpassed. Bradford won the FA Cup in 1911 and Jimmy Speirs was the captain and the scorer of the only goal by which Bradford beat Newcastle United 1-0 at the second attempt. Remarkably, he was one of eight Scots in the Bradford team that day.

“Jimmy Speirs was a man who died a lonely death in a muddy field, but six years earlier he was cheered to the rafters by tens of thousands of Bradford City fans for giving the club their greatest moment,” says Dave Pendleton, author of Glorious 1911, the story of Bradford’s only major trophy up to now. “I think that massive contrast is what adds to the fascination around him – plus the fact we have won bugger all since!

“But he was our captain, goalscorer, a real leader of men and quite a guy – apparently he had made a load of money from rubber shares – who then volunteered to fight for his country. He was a remarkable character.”

Before moving south Speirs was a goalscorer of note for Rangers, Clyde and Maryhill, the winner of a Scotland cap in 1908 and an inside left who was bought for £1,400 by the legendary Herbert Chapman when he was in charge at Leeds City – an eye-watering sum at the time. But his story has been curiously under-told, perhaps because Bradford have so rarely been of national news value.

The Scottish Football Museum has no Jimmy Speirs exhibit, while the SFA begrudgingly notes his international recognition in an online biography, dwelling on the fact that he “never really hit the high spots” during his time at Ibrox. This seems a conclusion based entirely on statistics because subsequent research into his life, character and importance to pre-War football has been revelatory.

The website jimmy-speirs.co.uk is a treasure trove of insight that has been lovingly put together by historian Andrew Pickles, with the help of Speirs’ grandchildren.

This was a footballer who didn’t just make history, but one who kept mementoes of it. Like, for example, his Leeds City player’s ticket, and commemorative menus from two dinners held to mark Bradford’s appearance in the 1911 FA Cup final. One was hosted by Sir William Priestley MB at the Trocadero in Piccadilly Circus after the original final at the Crystal Palace ended in a 0-0 draw, and the other by Bradford supporters at the city’s Victoria Hotel after the 1911 replay at Old Trafford, when Speirs’ header settled a needle contest.

Bradford was only an eight-year-old club at the time but there were 66,646 at the replay, with an estimated 30,000 locked out. And the celebrations back in the West Ridings city brought 100,000 out on to the streets to welcome Speirs and his fellow heroes home.

The Leeds Mercury reported: “The Cup has come home and Bradford has gone mad with delight. In the long history of the city there has never been anything to equal the extraordinary scenes which took place this evening.”

As captain, it fell upon Speirs to speak both at a civic reception held by the Lord Mayor, and on the steps at Old Trafford after he had received the famous trophy. He reportedly said that Bradford’s success would do a lot for football in Yorkshire and that he and his team had fulfilled a great ambition he finished by calling for three cheers for Newcastle United.

Every item of recorded evidence of Jimmy Speirs’ life builds the impression of a gallant individual, a leader of men who put principle before self-preservation. It was to be his undoing.

According to the website, he enlisted for service in a Glasgow recruiting office on 17 May, 1915 – more than a year before conscription. “Even then,” writes Pickles, “Jimmy would have been exempted on the grounds of being married with two young children.” Two years and three months later, Bessie Speirs would be widowed and Jimmy jnr and Elizabeth left without a father. But only after Jimmy had ascended from private to corporal and then sergeant, been wounded by a gunshot to the elbow in France in August 1916 and been awarded the Military Medal the following May, after the Second Battle of Arras. According to reports, Bessie’s last communication from her husband was the dreaded “we’re going over the parapet tomorrow”. His body was found some days later, and he was laid to rest at Dochy Farm New British Cemetery.

Jimmy Speirs scored 29 goals in three seasons at Rangers, ten in his only season with Clyde, 33 in four years at Bradford and 32 for Leeds City in the three seasons that preceded the outbreak of hostilities across Europe. And on one afternoon in Manchester, to Bradford City fans he became immortal.


Voir la vidéo: The Legendary Lieutenant Speirs - Band of Brothers


Commentaires:

  1. Toli

    Je me suis joint à tous ci-dessus. Discutons de cette question. Ici ou dans PM.

  2. Mukasa

    C'est dommage que je ne puisse pas parler maintenant - je suis en retard pour la réunion. Mais je reviendrai - j'écrirai certainement ce que je pense.

  3. Bancroft

    Crédible.



Écrire un message