Santos-Dumont, le Brésilien volant

Santos-Dumont, le Brésilien volant


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Fermer

Titre : Avion de Santos-Dumont sur la pelouse de Bagatelle. 23 octobre 1906.

Auteur : ANONYME ( - )

Date de création : 1906

Date représentée : 23 octobre 1906

Dimensions : Hauteur 0 - Largeur 0

Technique et autres indications : photographie

Lieu de Conservation : Musée de l'Air et de l'Espace - Le Bourget site web

Contact copyright : © Musée de l'Air et de l'Espace, Paris - Le Bourget - Agence Monde et Caméra

Référence de l'image : MC 1072

Avion de Santos-Dumont sur la pelouse de Bagatelle. 23 octobre 1906.

© Musée de l'Air et de l'Espace, Paris - Le Bourget - Agence Monde et Caméra

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

La conquête des airs présente des dates charnières qui sont autant d’étapes décisives. Un prix est alors proposé par le constructeur Ernest Archdeacon, pour récompenser le premier homme qui, sous contrôle de l’Aéro-club de France, réussira à faire voler une machine à moteur sur une distance minimale de 25 mètres.

Le prix Archdeacon est donc la volonté d'un mécène philanthrope pour faire progresser une technologie à travers une exhibition publique. Il veut gagner le prix Archdeacon et être reconnu autant pour ses qualités d’aviateur que d’aéronaute.

Analyse des images

L’avion est un étrange modèle appelé « canard », dont les ailes sont placées en avant du fuselage. Baptisé 14Bis, en référence au dirigeable portant le numéro 14 sur lequel il avait fait les premiers essais de l’appareil, le prototype de Santos-Dumont a régulièrement gagné en performances : meilleure aérodynamique, motorisation plus puissante, passant de 25 à 50 chevaux, nouveaux trains d’atterrissage… Une fois vérifiés sur des câbles l’ensemble des points de stabilité, des essais sont menés au parc de Bagatelle. Le 13 septembre 1906, Santos Dumont fait « sauter » le 14Bis d’une dizaine de mètres, après une course d’élan de 150 mètres. La nouvelle de cette performance pourtant modeste fait sensation. Sans être le premier à tenter de faire voler une machine, Santos-Dumont par sa renommée n’en attire pas moins de nombreux Parisiens. Aussi le 23 octobre, rendez-vous est donné sur les pelouses de Bagatelle pour une tentative de record.

Ce jour-là le 14Bis est amené démonté, accompagné d’une foule curieuse. Le cliché montre bien l’engouement autour de la machine du Brésilien. Après plusieurs essais, Santos-Dumont convoque la commission de contrôle de l’Aéro-club de France. Il fait gris sur Paris et le Brésilien doit faire chauffer son moteur longuement. Puis il se lance et décolle après seulement 100 mètres de course d’élan. Des spectateurs se jettent au sol pour vérifier que l’appareil vole : il est bien en l’air. A environ 3 mètres d’altitude, il parcourt 60 mètres de distance avant de se reposer brutalement sur la pelouse du parc. Le public se rue alors sur l’avion, extrait le pilote de son habitacle pour le porter en triomphe. L’exploit est tellement stupéfiant que les commissaires en ont oublié de mesurer la distance parcourue par l’aéroplane. Ils accordent finalement une distance de 25 mètres afin que Santos-Dumont puisse obtenir le prix. Un mois plus tard le Brésilien va réitérer son exploit, toujours à Bagatelle, faisant volant le 14Bis sur plus de 200 mètres à 5 mètres d’altitude.

Interprétation

Cette photographie témoigne de l’essor à la fois populaire et technologique de l’aviation. La mise à prix de records par de riches industriels, propriétaires ou mécènes pousse aéronautes et aventuriers vers l’aviation. En même temps ces initiatives s’inscrivent dans une sorte de philosophie « Belle Epoque » marquée par la soif d’héroïsme, le goût de l’exploit et la passion du sport. La conquête des airs devient alors une suite de prix, de coupes et de trophées, comme la coupe de vitesse Schneider pour les hydravions ou encore la coupe Deutsch de la Meurthe. Toutes ces compétitions favorisent l’essor technologique : afin de remporter les prix offerts, de nouveaux modèles, toujours plus performants, sont mis au point.

Mais l’aviation est aussi un spectacle qu’il faut promouvoir et entretenir par les enchères des prix. Car en plus d’être un défi technologique, les démonstrations de machines volantes suscitent un formidable engouement populaire. Aussi Santos-Dumont, personnage public en 1906 à la suite de plusieurs records en dirigeable, comme la boucle autour de la tour Eiffel en 1901, est-il le prototype du héros moderne, riche et passionné par cette nouvelle perspective.

  • aviation
  • Belle Époque
  • exploit
  • innovation

Bibliographie

Michel BENICHOU Un siècle d’aviation en France Paris, Larivière, 2000.Bernard MARK Histoire de l’aviation Paris, Flammarion, 2001.Stéphane NICOLAOU Santos-Dumont : dandy et génie de l’aéronautique Paris, ETAI, 1997.

Pour citer cet article

Philippe GRAS, « Santos-Dumont, le Brésilien volant »


Video: Dévoilement de la plaque Santos-Dumont par lambassadeur du Brésil


Commentaires:

  1. Mikio

    Je m'excuse d'avoir interféré ... mais ce sujet est très proche de moi. Écrivez dans PM.

  2. Abdul-Majid

    Idée lumineuse et opportune

  3. Cranleah

    C'est d'accord, le message remarquable

  4. Goltizuru

    Je m'excuse, mais je pense que vous vous trompez. Entrez, nous discuterons. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.



Écrire un message