Olympe de Gouges

Olympe de Gouges


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Fermer

Titre : Olympe de Gouges.

Auteur : ANONYME ( - )

Date représentée :

Dimensions : Hauteur 28 - Largeur 21,3

Technique et autres indications : Aquarelle et mine de plomb.Inscription : elle s'était offerte pour défendre Louis XVICollection Rothscild

Lieu de Conservation : musée du Louvre (Paris) site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais - T. Le Magesite web

Référence de l'image : 06-519732 / 3807DR

© Photo RMN-Grand Palais - T. Le Mage

Date de publication : décembre 2008

Contexte historique

Les femmes et la Révolution

La participation politique des femmes aux événements s’est affirmée durant la Révolution française. Souvent surnommées péjorativement les « tricoteuses », en référence à l’occupation manuelle à laquelle elles continuent à se livrer dans les tribunes publiques, tout en participant activement aux délibérations politiques, ces militantes s’engagent sur tous les fronts : lutte contre la misère et la faim, contre la Gironde à la Convention, etc. Parallèlement à ces combats, un mouvement de défense des droits de la femme se fait jour, soutenu par quelques personnalités qui, comme Olympe de Gouges, Etta Palm d’Aelders ou Théroigne de Méricourt, revendiquent la liberté de la femme et l’amélioration de sa condition sur les plans civil, social ou économique.

Analyse des images

Olympe de Gouges, une militante féministe

Née en 1748 à Montauban d’un père boucher ou, d’après ses dires, du noble Le Franc de Pompignan, Marie Gouze monte à Paris en 1766, après son veuvage, et, sous le nom d’Olympe de Gouges, se lance dans une carrière littéraire tout en partageant la vie de Jacques Biétrix de Rozières, un haut fonctionnaire de la marine. Auteur de nombreux romans et pièces de théâtre, elle s’engage dans des combats politiques en faveur des Noirs et de l’égalité des sexes.

Son écrit politique le plus célèbre est la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (septembre 1791), véritable manifeste du féminisme adressé à Marie-Antoinette. Prenant pour modèle la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, elle affirme que « la femme naît et demeure égale à l’homme en droits » (art. 1er).

À la suite de Condorcet, qui avait rédigé l’année précédente le traité Sur l’admission des femmes au droit de cité, elle considère que la femme détient des droits naturels au même titre que l’homme et doit pouvoir participer en tant que citoyenne à la vie politique et au suffrage universel. Olympe de Gouges revendique également pour les femmes la liberté d’opinion et la liberté sexuelle : à ce titre, elle réclame la suppression du mariage et l’instauration du divorce.

Sur le plan politique, d’abord attachée à une monarchie modérée, puis républicaine, elle rejoint les Girondins et, convaincue que les femmes doivent jouer un rôle dans les débats politiques, propose à la Convention d’assister Malesherbes dans sa défense du roi Louis XVI en décembre 1792, qu’elle juge fautif en tant que roi mais non en tant qu’homme. Toutefois, sa demande sera rejetée au motif qu’une femme ne peut assumer une telle tâche. C’est cet épisode malheureux que rappelle la légende manuscrite de l’aquarelle anonyme représentant Olympe de Gouges assise sur un fauteuil de style Louis XV, un livre à la main. Très fluide et transparente, cette aquarelle rehaussée de mine de plomb et le fond de paysage simplement esquissé annoncent le romantisme à venir.

En 1793, lors de la Terreur, Olympe de Gouges s’en prend à Robespierre et aux Montagnards qu’elle accuse de vouloir instaurer une dictature et auxquels elle reproche des violences aveugles. Après l’insurrection parisienne des 31 mai, 1er et 2 juin et la chute de la Gironde, elle prend ouvertement parti en faveur de celle-ci à la Convention. Arrêtée le 20 juillet 1793 pour avoir rédigé un placard fédéraliste à caractère girondin, Les Trois Urnes ou le Salut de la Patrie, elle sera jugée le 2 novembre et exécutée sur l’échafaud le lendemain.

Interprétation

La Révolution : une avancée pour les droits des femmes ?

Sur le plan politique, les révolutionnaires refusent de reconnaître le droit des femmes à participer à la vie politique. Après les avoir laissées un temps se constituer en clubs et se mêler aux mouvements populaires, un terme est officiellement mis à l’automne 1793 à toute activité politique féminine, avec l’interdiction des clubs féminins et le refus de la citoyenneté pour les femmes. Ce revirement de l’opinion se durcit en 1795, lors de l’insurrection de prairial (20-24 mai) : la Convention leur interdit d’abord l’accès à ses tribunes, puis d’assister aux assemblées politiques et de s’attrouper dans la rue, cependant que nombre d’entre elles sont pourchassées dans la nuit du 1er au 2 prairial et jugées par une commission militaire. Si les femmes se virent ainsi exclues des affaires de la cité, les révolutionnaires prirent néanmoins quelques mesures pour améliorer leur statut civil et social, et les soustraire à l’oppression masculine : l’égalité des droits de succession entre hommes et femmes fut admise le 8 avril 1791, le divorce, réclamé par Olympe de Gouges, instauré le 30 août 1792, et la reconnaissance civile concédée aux femmes le 20 septembre 1792, lors des lois sur l’état civil. Mais de telles avancées furent de courte durée, car le code civil napoléonien, promulgué le 21 mars 1804, rétablit bientôt les pleins pouvoirs du chef de famille. Seul le divorce échappe momentanément à ce retour en arrière : il ne sera supprimé qu’en 1816.

  • féminisme
  • femmes
  • figures révolutionnaires
  • portrait
  • Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
  • droits des femmes
  • Gouges (Olympe de)
  • Théroigne de Méricourt (Anne-Josèphe)
  • Révolution française

Bibliographie

Olivier BLANC, Marie-Olympe de Gouges. Une humaniste à la fin du XVIIIe siècle, Paris, René Viénet, 2003.Marie-Paule DUHET, Les Femmes et la Révolution, 1789-1794, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1979.Dominique GODINEAU, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988, 2e éd., Paris, Perrin, 2003.Sophie MOUSSET, Olympe de Gouges et les droits de la femme, Paris, Pocket, 2006.Jean-René SURATTEAU et François GENDRON, Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, P.U.F., 1989.Jean TULARD, Jean-François FAYARD et Alfred FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Paris, Laffont, 1987.

Pour citer cet article

Charlotte DENOËL, « Olympe de Gouges »


Video: #1 - Les droits de la femme et de la citoyenne - Virago - Olympe de Gouges


Commentaires:

  1. Kazigrel

    Je partage pleinement son point de vue. Dans ce rien, et je pense que c'est une très bonne idée. Entièrement d'accord avec elle.

  2. Galton

    Quelle phrase ... super, la belle idée

  3. Kakinos

    Un peu déçu de vos joyaux, vous ne voyez que la pointe de l'iceberg comme d'habitude, creusez plus profondément

  4. Kazrajind

    À mon avis, c'est un sujet très intéressant. J'invite tout le monde à prendre une part active à la discussion.

  5. Cohen

    Je suis désolé, mais à mon avis, vous avez tort. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM, discutez-en.



Écrire un message